Cameroun – Accident ferroviaire d’Eséka : le CPP s’insurge contre l’absence totale de responsabilité au niveau sécuritaire

Kah Walla, présidente du Cameroon People's Party (CPP) | Archives/DR
Kah Walla, présidente du Cameroon People’s Party (CPP) | Archives/DR

Kah Walla, présidente nationale du Cameroon People’s Party (Cpp) est en colère. D’après ses déclarations, CAMERPOST constate que la femme politique appelle les Camerounais au Cameroun et à l’extérieur pour d’une part, « protester contre cette absence totale de responsabilité à propos de notre sécurité en tant que citoyens que notre gouvernement continue de démontrer et d’autre part, prendre les premières mesures nécessaires à la reprise en main de notre destin et de notre pays », déclare-t-elle. Et d’ajouter que c’est avec des larmes aux yeux et une profonde douleur dans le cœur que « nous adressons nos sincères condoléances aux familles et aux amis de tous ceux qui ont perdu la vie aujourd’hui dans l’accident de train à Eséka. Le Cameroon People’s Party (Cpp) pleure avec vous ». La présidente continue : « nous pleurons pour les êtres chers que vous avez perdus, nous pleurons l’absurdité de leur mort, et nous pleurons pour nous-mêmes en tant que nation qui ne peut plus assurer la sécurité de base de ses citoyens ».

D’un ton ferme, la compatriote demande au reste des concitoyens d’être solidaires et actifs. Pour elle, il est temps de faire preuve de nationalisme parce que chaque homme, femme, enfant qui est mort ou blessé est un frère, une sœur, enfant et compatriote. « Camerounais Levons-nous ! C’est trop. Combien de personnes doivent mourir ? Combien doivent être blessées ? Combien allons-nous encore sacrifier sur l’autel de l’incompétence de notre gouvernement? », s’interroge Kah Walla qui estime que le régime actuel est incapable de fournir des services de base, sûrs et sécurisés pour le transport de ses citoyens entre ses deux plus grandes villes.

Dénonciations

Le Cpp relève que les Camerounais paient des milliards de francs Cfa en taxes routiers, péages, pesages et autres.  Malgré la création du fond routier et d’autres instruments, « ce régime est incapable d’effectuer l’entretien de base et le suivi, n’en parlons pas de la mise à niveau de nos routes pour garantir notre sécurité. Les responsables de ce régime dont les salaires sont payés par vous et moi, cherchent toujours à se protéger eux-mêmes et à protéger leur pouvoir plutôt que de s’occuper de notre bien-être », déplore le Cameroon People’s Party.

Au sujet de la journée noire de vendredi dernier, le parti soutient mordicus que le « ministre des Transports, qui aurait dû conduire l’intervention d’urgence dès les premières heures après l’effondrement de la route était soit mal informé soit dans le mensonge quand il a nié le déraillement du train ». En outre, le trop-plein de passagers à la gare, réitère le Cpp,  était prévisible hier, en raison de l’effondrement de la route Douala-Yaoundé. « Aucun système n’a été mis en place pour le gérer. Les risques semblent avoir été accrus en doublant pratiquement le nombre de passagers que le train transporte habituellement. Une société privée à but lucratif a été laissée toute seule pour gérer cette crise. En conséquence, des Camerounais sont morts et plusieurs autres ont été blessés », enchaîne Kah Walla, révoltée.

© CAMERPOST par Linda Mbiapa

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz