Cameroun – Absent du Tribunal: Atangana Mebara toujours hospitalisé – 09/05/2014

L’ex-secrétaire général de la présidence de la République n’a pas été présent à l’audience d’hier 08 mai 2014 pour cause de maladie. En son absence et à la demande de ses avocats, l’audience a été renvoyée au 02 juin 2014.

Atangana Mebara, ex-Secrétaire général de la présidence de la République (Sgpr).
Atangana Mebara, ex-Secrétaire général de la présidence de la République (Sgpr).

Il était un peu plus de 11h dans la salle n°2 du Tribunal criminel spécial (Tcs) lorsqu’a été reprise le procès opposant l’Etat du Cameroun et le ministère public à Jean-Marie Atangana Mebara, ex-secrétaire général à la présidence de la République (Sgpr) et son co-accusé Jérôme Mendouga, ex-ambassadeur du Cameroun aux Usa pour détournements de deniers publics. D’entrée de jeu, l’absence de l’ex-Sgpr est remarquable. Une absence qui aurait pu être négligeable, car l’audience devait porter plus sur l’ex-ambassadeur qui devait présenter sa liste de témoins, toujours attendue par le tribunal.

Finalement, la reprise de cette audience n’a été qu’une formalité, pour pouvoir communiquer la date de la prochaine audience (02 juin 2014). Car, plus tôt dans la matinée, Me Assira, conseil de Mebara, a apporté un document demandant le renvoi de l’audience, en raison de l’absence de son client qui est très malade, et même hospitalisé. Ce dernier souffre d’insuffisance du pancréas.

En effet, c’est depuis près d’une semaine qu’il est sous soins intensifs à l’hôpital Général de Yaoundé. Il y a été transporté d’urgence le 02 mai 2014 en journée, après un malaise subit qu’il aurait eu à Kondengui, a-t-on appris de ses proches. C’est donc avec autorisation du médecin de la prison qu’il a enfin été admis à l’hôpital Général de Yaoundé. Car, poursuit notre source, « c’est depuis un moment qu’il se sent mal, il a même eu à passer plusieurs examens. Le diagnostic de son médecin a pourtant été clair ! Il devait être d’urgence suivi dans un cadre plus approprié, moderne, propice à son épanouissement sanitaire. Cadre évidement que ne lui offre pas la prison ».

Pourtant, au courant de la semaine dernière, certains voyaient en cela, rien d’autre qu’un moyen tout trouvé par l’ex-Sgpr pour se défiler de la prison. Car arguaient-ils alors, ils ne comprenaient pas comment « quelqu’un souhaite purger sa peine dans un quatre étoile sous prétexte de maladie, alors qu’il est condamné à des peines de prisons ». Mais, mal leur en a pris car, après le décès de l’ex-ministre Henri Engoulou, quel que soit le cas désormais, il devient impératif que ces malades des prisons, soient pris en charge. Le décès de ce dernier et de plusieurs autres avant lui, ainsi que les maladies à répétition des prisonniers suivies de mort qui s’enchaînent, remettent au goût du jour, le débat sur la précarité dans nos prisons et plus encore, l’insalubrité dans ces milieux carcéraux. Affaire à suivre.

Source : © Le Messager

Par Florette MANEDONG