Cameroun – Abdourahman Hayatou : « La jeunesse islamique a fait du dialogue interreligieux l’une de ses priorités ».

Abdourahman Hayatou, président de la JIC-Centre | © CAMERPOST/Ousmane Biri
Abdourahman Hayatou, président de la JIC-Centre | © CAMERPOST/Ousmane Biri

Le président de la JIC-Centre, Abdourahman Hayatou, parle des activités de son association à la faveur de la fête nationale de la jeunesse

En organisant un investissement humain à l’hôpital de district de la Cité Verte, que vise votre association ?

L’investissement humain que nous avons organisé ce jour à l’hôpital de district de la Cité verte s’inscrit dans le cadre de l’activité dénommée « Semaine de la Jeunesse islamique du Cameroun » qui a plusieurs articulations au programme. Ainsi, nous marquons notre présence à l’occasion de la fête nationale de la jeunesse. Cet investissement humain, en particulier, vise tout d’abord à mettre en pratique les valeurs que nous enseigne l’islam en matière du bénévolat, du désintéressement et de l’assistance mutuelle. C’est pourquoi nous nous sommes intéressés à cette occasion, non seulement au nettoyage des locaux mais aussi au réconfort moral des personnes malades. C’est également un message que nous voulons passer à toute la jeunesse en matière de participation aux actions citoyennes sans forcément attendre quelque chose en retour.

Vous avez aussi fait venir des non musulmans, quels arguments leurs aviez-vous tenu ?

En fait, la jeunesse islamique du Cameroun a fait du dialogue interreligieux l’une de ses priorités. Nous collaborons régulièrement avec des non musulmans aussi bien dans le cadre de nos activités associatives qu’à titre individuel. Ceci dit, il existe déjà une confiance mutuelle et une saine collaboration entre nous.  D’ailleurs, nos conférences sont parfois animées par nos concitoyens avec qui nous ne partageons pas les mêmes convictions religieuses, c’est la beauté de notre laïcité et nous en faisons bon usage à la JIC. En effet, pour toutes les activités que nous avons prévues à cette occasion, la participation est inclusive. Les arguments que nous tenons et mutuellement d’ailleurs, ce que nos différences en matière de croyance ne doivent en aucun cas constituer une barrière entre nous, au contraire elles doivent nous servir de cadre d’échanges, de partage, bref de la construction du positif pour ce que nous avons en commun c’est-à-dire le Cameroun, notre patrie.

Comment fonctionne la JIC centre depuis que vous êtes à la tête de cette antenne régionale ?

Mon équipe et moi avions reçu le mandat du conseil consultatif pour une durée de 3 ans, nous sommes déjà à mi-mandat. Entre temps beaucoup a été fait, mais nous sommes conscients que la tâche est encore immense. Au-delà des réunions ordinaires, nous avons instauré d’autres activités permanentes telles des cours, des causeries éducatives et des activités de détentes. Par ailleurs, nous saisissons toutes les occasions liées à la manifestation de la vie nationale notamment la fête de la jeunesse et de l’unité entre autres, pour organiser des activités de mobilisation de masse afin d’échanger sur des sujets actuels qui nous interpellent.

© CAMERPOST – Propos recueillis par Ousmane Biri

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz