Cameroun – Abattoir industriel et Mini-laiterie de Ngaoundéré : C’est presque fait !

Dr Taïga, le ministre de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales (Minepia), visite le chantier de construction de l’abattoir industriel et la Mini-laiterie de Ngaoundéré | Ph. © CT
Dr Taïga, le ministre de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales (Minepia), visite le chantier de construction de l’abattoir industriel et la Mini-laiterie de Ngaoundéré | Ph. © CT

Le Minepia a visité les deux chantiers hier. Les travaux sont en voie d’achèvement.

Le ministre de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales (Minepia), le Dr Taïga, en visite de travail à Ngaoundéré, est reparti à Yaoundé avec deux bonnes nouvelles. La première : le chantier de construction de l’abattoir industriel avance bien. « Les travaux sont réalisés à 80% », aux dires des ingénieurs. La deuxième bonne nouvelle : la mini-laiterie est opérationnelle. Les yaourts sortis de cette petite usine située au plateau Mardock, en face du lycée bilingue, ont été servis aux visiteurs à l’heure du cocktail. Les produits se consommaient comme de petits fours. Le Minepia a démarré sa visite de chantier par Wakwa, sur la route de Meiganga. Au bord de la Vina se dresse désormais l’abattoir industriel de Ngaoundéré, un projet du Plan d’urgence triennal. Le chantier sera livré en décembre prochain. L’ouvrage a déjà pris forme. Le circuit d’abattage a été expliqué au Minepia par Gonzalo Lucas Zamora, le directeur du projet pour le compte de l’entreprise espagnole qui a gagné le marché. Les explications préliminaires ont été fournies à la forte délégation par Roger Yiwe, chef de projet de construction des abattoirs et entrepôts frigorifiques au Minepia.

L’abattoir industriel est une chaîne intégrée. Il peut traiter plus de 250 bêtes par jour. Répondant à une question sur la disponibilité de la matière première, le Minepia rassure : « les bœufs seront disponibles. Le plateau de l’Adamaoua est la première zone d’élevage des bovins du pays. Ce n’est pas un hasard si Ngaoundéré a été choisie comme site de construction de cet abattoir. » Juste après Wakwa, le Minepia, qu’accompagnait le gouverneur de la région de l’Adamaoua, Kildadi Taguiéké Boukar, a mis le cap sur le plateau Mardock. Là-bas, il a apprécié les résultats du Programme d’amélioration de la productivité agricole-Appui au développement de la filière laitière (PAPA/ADFL). Ce programme vient de réaliser l’un de ses projets-phares : la construction et l’équipement de quatre mini-laiteries à Ngaoundéré, Meiganga, Garoua et Maroua. L’industrie animale visitée peut traiter 2000 litres de lait. Le Dr Mohammadou Bamanga, régisseur du Programme PAPA, a expliqué aux hôtes le circuit de fabrication des produits. Outre les yaourts, la mini-laiterie peut produire le fromage, le beurre…Après les visites de terrain, le Minepia a eu des séances de travail avec les associations d’éleveurs impliquées dans ces deux projets d’envergure. L’abattoir industriel, comme la mini-laiterie ont un défi commun : après la construction, il faudra passer à la phase d’exploitation et de gestion. Ça ne sera pas une mince affaire.

Source : © Cameroon Tribune

Par Brice MBEZE