Cameroun : 60.000 tonnes de sucre invendues à cause de la contrebande selon la SOSUCAM

Louis Yinda, Société sucrière du Cameroun (SOSUCAM). | Twitter
Louis Yinda, Société sucrière du Cameroun (SOSUCAM). | Twitter

La Société sucrière du Cameroun (SOSUCAM) prévoit un stock d’invendus de l’ordre de 60.000 tonnes à fin mai prochain dans ses magasins de Mbandjock et Nkoteng, localités situées à une centaine de kilomètres de la capitale, Yaoundé, du fait de produits de contrebande venus du Nigeria voisin, selon les responsables de cette entreprise.

Ledit stockage, actuellement de 58.000 tonnes, entraîne d’ores et déjà de sérieux préjudices en termes de troubles d’exploitation ainsi que de lourds frais financiers, de gardiennage, d’emmagasinage ou encore de manutention.

D’après sa responsable de la communication, Barbara Mendjie, la SOSUCAM a livré sur le marché camerounais en moyenne 7000 tonnes de sucre par mois depuis le début l’année en cours, au lieu des 12.000 à 13.000 tonnes habituellement fournies au cours des exercices précédents sur la même période, résultat de la concurrence déloyale constituée d’importations frauduleuses et de la contrebande.

Depuis début janvier 2016, apprend-on, les volumes entrant illégalement du Nigeria, sans droits de douane ni paiement de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur les ventes, et ce malgré l’interdiction d’importation de l’Etat entrée en vigueur en 2013 (hors agglomération de Douala, la métropole économique), ont entraîné une perte sèche pour le Trésor public de plusieurs milliards de FCFA.

Selon les statistiques officielles, 5000 tonnes de sucre entrent illégalement au Cameroun chaque mois, pour un manque à gagner de quelque 550 millions FCFA de recettes fiscales.

Dans leur croisade contre le phénomène, les services compétents du ministère du Commerce ont procédé, le 27 avril dernier dans un entrepôt clandestin de Yaoundé, à la saisie de 2000 sacs de 50 kilogrammes de sucre chacun, soit une cargaison de 100 tonnes provenant du Guatemala (Amérique centrale).

© CAMERPOST avec © APA

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Cameroun : 60.000 tonnes de sucre invendues à cause de la contrebande selon la SOSUCAM"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Guy René

Pourquoi pas à cause de leur propre mafia??? Comment expliquer le phénomène de la pénurie du sucre au Cameroun???

Fabrice Atangana

C’est le serpent qui se mord la queue. En voulant créer la pénurie pour garder les prix hauts, ils se sont faits supplantés . Vivement qu’il ait de la concurrence dans ce secteur. Le sucre reste un produit très cher au Cameroun.

Ben Kouachi

Faudrait d’abord revoir vos prix. Si les gens parviennent à aller importer et venir vendre plus bas qu’une production nationale c’est que vous êtes extrêmement trop

Jaurès Dela Hoya

Il faut revoir le prix de votre sucre il est trop cher.

wpDiscuz