Cameroun : 54 détenus arbitraires libérés de la prison centrale de Yaoundé

Photo prise clandestinement en décembre 2012 dans le quartier des hommes de la prison surpeuplée de Kondengui (Yaoundé), 4000 détenus pour 800 places. | D.R.
Photo prise clandestinement en décembre 2012 dans le quartier des hommes de la prison surpeuplée de Kondengui (Yaoundé), 4000 détenus pour 800 places. | D.R.

Cinquante-quatre prisonniers, détenus « arbitrairement », ont été libérés mercredi de la prison centrale de Yaoundé, la capitale camerounaise, sur ordre d’un magistrat, a-t-on constaté sur place.

Les bénéficiaires de cette mesure, a-t-on appris, sont des personnes soit injustement détenues, soit ayant déjà purgé leur peine sans qu’une levée d’écrou leur ait été délivrée.

D’une manière générale, les lenteurs dans la chaîne judiciaire sont présentées par la Chancellerie comme la cause de la surpopulation carcérale dans le pays.

Face aux présidents de cour d’appel et délégués régionaux des administrations pénitentiaires le ministre de la Justice, Laurent Esso avait, le 17 septembre dernier à Yaoundé, déploré la forte disproportion entre le nombre de magistrats, le nombre de juridictions saisies, le nombre d’affaires pénales et le nombre de prisons ouvertes, invoquant une «cause objective qui génère des lenteurs judiciaires et, qui, elle-même, entraîne la surpopulation carcérale».

© CAMERPOST avec © APA

  • le panafricaniste

    pour une fois , mais il faut savoir si se sont les innocents qui seront libérés étant donné que tout le monde est innocent en prison !

    • Hippolyte

      Maintenant qui va les dédommager? Cela démontre que nous nécessitons une séparation de pouvoir. La justice doit être libre. La dépolitiser.
      Combien de personnes sont en prison sans aucun motíf?