Cameroun : 4600 sacs douteux de farine interceptés au port autonome de Douala – 06/05/2015

Une vue du port autonome de Douala | Photo d'illustration
Une vue du port autonome de Douala | Photo d’illustration

Les autorités camerounaises doutent de la qualité de ce produit portant l’effigie de Nelson Mandela.

On ne connaît pas la date exacte du débarquement au Port autonome de Douala de 230 tonnes de farine de blé de marque « Papa Africa ». « Cette cargaison a été importée pour être distribuée par la société La-Grain S. A. Cameroon », a indiqué hier au Jour, un responsable local des douanes camerounaises. C’est le responsable en question qui annonce la nouvelle du blocage de plus de 4600 sacs de farine au parc depuis bientôt une semaine. Le Jour a appris que le produit ainsi intercepté a été fabriqué pour le compte du groupe suisse LaGrain, pour être mis en circulation sur le marché camerounais.

Le représentant au Cameroun de La-Grain, Emmanuel Kongnyuy affirme que « notre farine n’a pas été bloquée. Nous sortons même de l’Anor pour obtenir les autorisations ». Un autre responsable des Douanes au Port a confié que « les 230 tonnes de farine ont été bloquées sur dénonciation des producteurs locaux. Information du reste confirmée au Groupement des industries meunières où l’on affirme que les pouvoirs publics ont été alertées afin de « veiller à ce que cette farine fabriquée sous d’autres cieux respecte la norme camerounaise et que tous les documents administratifs et douaniers soient réguliers avant son débarquement ».

Outre les documents classiques exigés, les Douanes veulent en savoir plus sur l’utilisation de l’effigie de Nelson Mandela sur l’emballage de « Papa Africa », et sur la similitude entre les caractéristiques de la farine inscrites sur le papier d’emballage importé et celles inscrites sur les emballages locaux. Les meuniers locaux ont indiqué aux Douanes camerounaises qu’une farine fabriquée en Union européenne ne peut en aucun cas avoir les mêmes caractéristiques que les farines locales, étant donné que le taux de protéines des farines européennes est plus bas que celui de farines produites au Cameroun. Et de préciser que « les farines fabriquées localement sont enrichies en fer, acide folique, zinc et vitamine B ; en cela, elles corrigent des carences alimentaires et apportent au corps humain un complément nutritionnel qui épargne aux populations la survenance de certaines maladies graves telles que le Spina Bifida et l’Hydrocephalus, des malformations, tandis que les farines importées à l’instar de Papa Africa exposent les populations à la survenance de ces maladies et carences alimentaires ».

Si, par extraordinaire, l’importateur de la farine querellée produisait finalement les documents exigés, à savoir, une autorisation préalable de l’autorité Camerounaise compétente, un certificat d’origine, un bulletin d’analyse, un certificat de qualité délivré par un organisme agrée du pays d’origine attestant la conformité de cette farine à importer à la Norme camerounaise, un certificat de conformité et de qualité délivré par le Minmidt, il faudra attendre une autorisation de mise en vente, signée du Ministre du Commerce.

Source : © Le Jour

Par Denis Nkwebo

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz