Cameroun : 33% des enfants souffrent d’une malnutrition chronique

Gerard Epie, nutritionniste | © CAMERPOST / Linda Mbiapa

Cette révélation du nutritionniste Gérard Epie donne des frissons et démontre à suffire que le paysage nutritionnel au pays laisse à désirer. Il estime qu’en plus de ce pourcentage, environ 10,3% des enfants sont atteints de l’obésité au Cameroun ; 80% de la nutrition de l’enfant sont inacceptables ; l’insuffisance pondérale est à moins de 15%. Des statistiques que le nutritionniste a décelées dans l’enquête démographique de la société fait en 2014. Et qui poussent l’interlocuteur à déclarer à CAMERPOST que la malnutrition est un problème grave à prendre en considération.

Pour cela, Gérard Epie pense qu’il faut adopter plusieurs stratégies. « Il faut faire que les populations aient une alimentation diversifiée, variée; la consommation des aliments en vitamine A, la promotion de l’allaitement maternel, la promotion de la nutrition de la mère et la jeune fille ; savoir et bien s’alimenter les 1000 premiers jours de la grossesse », sont entre autres recommandations faites par l’interlocuteur. Il s’est exprimé vendredi le 9 décembre 2016 lors d’un atelier organisé par Nestlé Cameroun à Douala. Un atelier à l’intention des hommes et femmes des médias. Ces derniers ont pris note des conseils pratiques dans le domaine de sorte à relayer la bonne information au public et surtout de les sensibiliser sur les questions nutritionnelles qui semblaient être négligées jusqu’ici au Cameroun.

L’organisateur Nestlé a bien voulu en mettant autour d’une même table journalistes et nutritionniste,  éduquer et communiquer sur ses engagements dans le domaine de la nutrition, de la santé et du bien-être et sur ses opérations au pays à travers une visite de son usine industriel.

Cet atelier arrive à point nommé quand on sait que la malnutrition intervient dans plus de la moitié des décès d’enfants, bien qu’elle soit rarement citée comme une cause directe. Pour de nombreux enfants, le manque d’accès à la nourriture n’est pas la seule cause de malnutrition. Les mauvaises pratiques alimentaires et les infections, voire l’association des deux, participent également au phénomène. L’Oms souligne à ce propos que les infections, notamment les diarrhées persistantes ou fréquentes, les pneumonies, la rougeole et le paludisme, compromettent l’état nutritionnel. Les mauvaises habitudes alimentaires, allaitement inadapté, le fait de ne pas donner les bons aliments ou de ne pas veiller à ce que l’enfant en absorbe suffisamment, contribuent aussi à la malnutrition.

© CAMERPOST par Linda Mbiapa