Cameroun – 31ème congrès de la CIB : Soutien des avocats de l’espace francophone à leurs homologues anglophones en grève

Me Ngnie Kamga, bâtonnier de l’Ordre des avocats du Cameroun | Archives/DR

C’est l’une des résolutions à la fin des travaux de la Conférence Internationale des barreaux de l’espace francophone.

S’est achevée vendredi dernier la 31ème Conférence Internationale des Barreaux de tradition juridique commune-CIB tenue dans la capitale camerounaise du 07 au 09 décembre dernier. Au terme des travaux, un soutien massif des 38 barreaux présents sur les 44 que compte l’organisation à leurs homologues des régions anglophones en grève depuis le 21 octobre 2016. C’était à la demande du président de la CIB entrant, le bâtonnier camerounais Jackson Ngnié Kamga.

Non à la violence étatique

Selon les termes de la résolution de ce soutien, les avocats ont unanime condamné la violation des cabinets d’avocats et la confiscation de leurs robes et toques, par les autorités administratives des régions anglophones du Cameroun en mouvements depuis quelques jours. Les hommes en robes noires condamnent aussi l’usage de la force comme moyen de dissuasion lors des revendications légitimement admises même par les politiques.

Au chapitre d’autres résolutions, celles spécifiques aux Etats-membres victimes des attaques terroristes. Il s’agit en l’occurrence du rejet de la peine de mort parce que disent-ils, est contre productive, dans les pays comme le Cameroun, le Tchad, le Mali et le Niger victimes des affres de la secte islamiste nigériane Boko haram. Sans oublier une révolution, celle de l’adoption par les avocats de la conférence Internationale des barreaux de tradition juridique commune, la levée de bouclier contre toutes formes de discrimination à l’égard des femmes.

La 31ème conférence de la CIB, s’est tenue et achevé au Cameroun dans un contexte particulier. ici, des revendications et des violences revendicatives dans les régions anglophones du Nord-ouest et Sud-ouest font parties du décor. Le parlement camerounais achevait aussi, sa session du mois de novembre.

Non à la Violence des populations

Au parlement le président du Sénat, Marcel Niat Njifenji, a condamné les violences qui ont opposées forces de l’ordre et jeunes manifestants. A l’occasion de la clôture de la session budgétaire du parlement, le président du Sénat a profité de cette opportunité pour condamner les actes de violence qui ont eu lieu jeudi dernier à Bamenda « Le sénat par ma voix condamne avec la dernière énergie le comportement de cette horde d’anti patriotiques manipulés par des personnes au dessein inavouable » a-t-il relevé.

A l’Assemblée nationale, le président de la chambre basse a appelé les uns et les autres à la ferveur patriotique afin que soit préservé ce qui nous unis. Cavayé Yegué Djibril est plus modéré «  J’encourage à cet effet, les récentes mesures spéciales prises par le chef de l’Etat visant à améliorer les conditions de travail dans les établissements publics et privés » a-t-il précisé.

Sur le terrain, le calme revient peu à eu, mais l’école ne pourra possiblement reprendre qu’en janvier.

© CAMERPOST par Augustin TACHAM

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz