Cameroun : 24 membres de Boko Haram tués dans l’attaque d’un camp militaire dans l’Extrême-Nord – 07/07/2015

Des soldats du Bataillon d'intervention rapide (BIR), une unité d'élite de l'armée spécialisée dans la lutte contre le terrorisme, le 29 mai 2014 à Waza, dans le nord du Cameroun |Reinnier Kaze / © AFP
Des soldats du Bataillon d’intervention rapide (BIR), une unité d’élite de l’armée spécialisée dans la lutte contre le terrorisme, le 29 mai 2014 à Waza, dans le nord du Cameroun |Reinnier Kaze / © AFP

Au moins 24 membres de la secte islamiste nigériane Boko Haram ont été tués lorsqu’ils attaquaient un camp militaire dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun mardi matin, selon un nouveau bilan non officiel communiqué par des sources au sein des forces de défense et de sécurité du pays.

Un groupe de combattants de Boko Haram a pénétré le territoire camerounais aux environs de 0300 locales (02h00 GMT) et a pris la direction de Bodo, localité proche de la frontière avec le Nigeria, où il a tenté d’attaquer par effet de surprise une base du Bataillon d’intervention rapide (BIR, force spéciale de l’armée camerounaise), ont rapporté ces sources.

En état d’alerte, les militaires camerounais ont réagi en ouvrant le feu sur les assaillants.

Un premier bilan provisoire déclaré aussitôt après a d’abord fait état de trois corps d’islamistes retrouvés à proximité du camp militaire.

“Nous ignorons le nombre exact des assaillants, mais il y en a qui ont pris la fuite”, avait alors témoigné sous couvert d’anonymat l’une de ces sources contactée par Xinhua.

Le nouveau chiffre d’au moins 24 morts fait suite aux recherches effectuées par la suite pour vérifier si le danger avait été complètement enrayé autour du camp du BIR de Bodo, où le retour à un calme relatif est annoncé.

C’est une des nombreuses positions des forces de défense et de sécurité camerounaises disposées dans la région de l’Extrême-Nord pour lutter contre Boko Haram, avec le soutien depuis mi-janvier de renforts de l’armée tchadienne.

Ce dispositif spécial a permis de contenir depuis plusieurs mois les attaques massives que ce groupe armé avait pris l’habitude de mener contre le territoire camerounais.

Source : © Agence de presse Xinhua

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz