Cameroun – 1er octobre – Réunification : La date anniversaire passe à la trappe – 02/10/2014

Attendu pour le 1er octobre 2011, 3 ans plus tard et avec beaucoup de peine, le Cameroun a célébré le 20 février dernier à Buea, le Cinquantenaire de la réunification. Hier, la date du 53è anniversaire de notre réunification est passée inaperçue. Aux informations de 13h, la radio d’Etat Crtv a préféré titrer sur…la journée internationale des personnes âgées, passant en pertes et profits un repère historique qui a uni le Cameroun à l’outre-Moungo que l’on appelait avant 1972 le ‘Cameroun occidental’.

Le monument de la réunification à Yaoundé.
Le monument de la réunification à Yaoundé.

Comment expliquer la discrétion du pouvoir sur le 1er octobre ? Volonté d’effacer un repère de plus, de gommer l’histoire au moment où des Camerounais d’expression anglaise représentés par la Scnc remettent en cause cette réunification qui, selon eux, ne leur a pas profité ? Pour mémoire, avant la Réunification, le Cameroun sous-tutelle anglaise était rattaché administrativement à la région autonome de l’Est du Nigeria. En 1954 il devient l’une des régions autonome du Nigeria, divisé en 02 provinces : le Cameroun septentrional et le Cameroun méridional. Ce n’est qu’à partir de 1959 et jusqu’au 1er octobre 1961 qu’il est administré directement par la Grande-Bretagne. Du 17 au 21 juillet 1961, les Camerounais anglophones et leurs frères francophones se réunirent à Foumban dans le département du Noun pour jeter les bases de l’Etat fédéral. Combien sont encore vivants, les délégués de la République du Cameroun et ceux du Cameroun méridional présents aux travaux de la première conférence constitutionnelle qui devait aboutir 3 mois plus tard à la réunification ?

Foncha, Ahidjo et les autres, acteurs majeurs de cet évènement ne sont plus de ce monde. Etaient présents : Charles Assalé, le Premier ministre, Charles Okala, le ministre des Affaires étrangères, Josué Tétang, le secrétaire d’ Etat à l’Information, Christian Tobie Kuoh, le secrétaire général de la présidence, Jean Bétayéné, le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, le Malien Cheick Sekou Sissoko, chef du secrétariat particulier du président. La délégation du Southern Cameroon, comprenait outre John Ngu Foncha, Emmanuel Liffaffe Endeley, Solomon Tandeng Muna, Augustine Ngom Jua, Nerius Namaso Mbile, John Bokwe, Bernard Fonlon…. En tout dix membres du Kamerun National democratic party (Kndp), cinq du Cameroon people’s national convention (Cnpc), deux du One Kamerun et des chefs traditionnels.

A la suite de la conférence de Foumban qui a duré 6 jours, la République fédérale du Cameroun est née de cette réunification des 02 Cameroun fixée et célébrée le 1er octobre 1961 jusqu’en 1972 où la Constitution a été modifiée pour la naissance de l’ancienne ‘République Unie du Cameroun’. Mais que d’eau a coulé sous le pont ? L’avènement du Renouveau est marqué par les revendications du mouvement séparatiste du Southern Cameroons (Scnc) qui jusqu’à ce jour n’a pas trouvé d’écho du côté du pouvoir qui s’est surtout illustré par la répression.

Source : © Le Messager

Par Edouard Kingue

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz