Cameroun : 15 attaques terroristes de Boko Haram depuis le début de l’année

Issa Tchiroma Bakary, Ministre camerounais de la communication. | DR
Issa Tchiroma Bakary, Ministre camerounais de la communication. | DR

Extrait du propos du ministre de la Communication Issa Tchiroma, au cours d’un point de presse à Yaoundé.

À titre de récapitulatif, depuis le début de l’année 2016, les statistiques officielles font état de 15 attaques terroristes perpétrées par Boko Haram contre les intérêts et les populations camerounaises sur le territoire national, au nombre desquelles deux attaques-suicide avec 10 personnes tuées, 11 blessés, 9 personnes enlevées et 6 cas d’incendies d’habitations et de concessions.

Ainsi :

  • Le 2 janvier 2016 vers 9h, une jeune fille s’est fait exploser à proximité du stade municipal de Kolofata dans le Mayo-Sava. Seule la kamikaze a péri dans cette explosion, après avoir reçue une flèche dans le dos, tirée par un membre de comité de vigilance local.
  • Dans la nuit du 2 au 3 janvier 2016 vers 22h50, des terroristes de la horde criminelle de Boko Haram ont assiégé la localité de Mozogo dans l’arrondissement du Mayo-Moskota, département du Mayo-Tsanaga, tuant deux villageois et blessant un troisième, tout en pillant cases et boutiques et emportant du bétail et des biens matériels.
  • Au cours de la même nuit, Boko Haram a attaqué la localité frontalière de Kerawa dans le Mayo-Sava, arrachant vivres et biens matériels aux villageois.
  • Le 4 janvier 2016 dans l’après-midi, des assaillants de Boko Haram ont fait irruption dans le village de Talakachi dans le Mayo-Tsanaga, armés de fusils d’assaut et terrorisant les populations par des tirs nourris, en l’air pour une fois de plus, voler et emporter des biens matériels.
  • Dans la nuit du 4 au 5 janvier 2016 vers 22h, les mêmes assaillants ont attaqué le village d’Olamsao dans l’arrondissement de Makary ; bilan : un Camerounais tué, un blessé, 61 cases incendiées.
  • Au cours de la même nuit, une autre attaque du même genre a été lancée contre le village d’Ouro-Mari dans le même arrondissement. Cette attaque a échoué grâce à la prompte riposte des éléments du BIR de Fotokol.
  • Toujours dans la nuit du 4 au 5 janvier 2016 vers 22h20, la localité de Mozogo a été à nouveau assiégée par les mêmes criminels, faisant un mort et un blessé côté camerounais.
  • Encore dans la nuit du 4 au 5 janvier 2016, la localité de Kerawa a fait l’objet d’intenses pillages, avec vols de bétail et de denrées alimentaires.
  • Le 6 janvier 2016, le village d’Ashigashia dans le Mayo-Tsanaga a essuyé une énième attaque du groupe terroriste Boko Haram, qui s’est soldée par l’enlèvement de deux villageois camerounais.
  • Le 7 janvier 2016 vers 12h30, Boko Haram a encore attaqué la localité d’Ashigashia, tuant un villageois, emportant 45 bicyclettes, 30 porte-tout et 150 petits ruminants, avant d’enlever six autres villageois et les contraindre de conduire le bétail volé en territoire nigérian.
  • Le 8 janvier 2016 vers 5 h 45, un jeune garçon s’est introduit dans une mosquée de la localité de Gansé dans l’arrondissement de Kolofata, où il a actionné sa charge explosive. Fort heureusement, seul ce kamikaze a péri sur ce coup, mais sept fidèles camerounais qui étaient en train de prier ont été blessés.
  • Au cours de la même matinée, le village de Fima dans le Logone-et-Chari, a essuyé une agression de Boko Haram qui s’est soldée par le vol de 125 bœufs.
  • Dans la nuit du 8 au 9 janvier 2016, les terroristes Boko Haram ont attaqué le village de Goura près de Fotokol, tué un villageois, en blessant un autre et incendiant de nombreuses habitations.
  • Le 9 janvier 2016, d’autres incursions criminelles sont intervenues dans la localité d’Ashigashia, avec comme bilan, des pillages et des destructions de nombreuses habitations.
  • Le 10 janvier 2016 vers 16 h 30, le Chef de village de Fima a été égorgé avec deux de ses notables. Là encore, plusieurs concessions ont été pillées et incendiées.
  • Dans la nuit du 11 au 12 janvier 2016, réagissant à une attaque de Boko Haram, les membres du comité de vigilance de Fotokol ont réussi à neutraliser le chef Boko Haram de nationalité nigériane dénommé DJOGANA ALADJI ALI BOUKAR, près de la localité de Fima. L’intéressé a été ensuite remis aux éléments du BIR.

Tout ceci rien que sur une période de deux semaines à peine.

© CAMERPOST