Burundi : Les manifestants misent sur la CEA pour faire entendre raison à Pierre Nkurunziza – 12/05/2015

 Le président du Burundi,  Pierre Nkurunziza | Photo d'archives
Le président du Burundi, Pierre Nkurunziza | Photo d’archives

Les manifestations contre un troisième mandat du président Pierre Nkurunziza font encore rage à Bujumbura et dans des villes du Burundi, alors que s’ouvre demain, mercredi à Dar-Es Saalam (Tanzanie), un sommet spécial des Chefs d’ Etat des pays de la Communauté Est Africaine (CEA) pour étudier la situation sécuritaire dans ce pays.

Les Burundais qui on les regards braqués sur Dar es Salam, espèrent que les Chefs d’Etat Kenyan, Tanzanien, Ougandais et Rwandais pourront persuader leur homologue Burundais à renoncer à sa troisième candidature qui risque de plonger le pays dans le chaos.

En effet, les manifestations de contestation de cette « candidature anticonstitutionnelle » en sont à leur troisième semaine. Malgré cela le président Nkurunziza fait comme si rien n’était et poursuit normalement la campagne électorale à la tête de son parti le CNDD-FDD (Conseil National pour la Défense de la Démocratie- Forces de Défense de la Démocratie) qui se prépare presque seul pour les élections communales et législatives du 26 juin.

Les autres partis politiques continuent de demander plutôt le report de ces élections qu’ils jugent inopportunes du fait du climat politico-sécuritaire qui n’est pas propice à la tenue de scrutins.

Alors que le parti au pouvoir bat sa campagne, l’opposition et les organisations qui sont contre un troisième mandat du président Nkurunziza continuent à mobiliser leurs sympathisants dans les rues de la capitale Bujumbura pour dire non à cette candidature.

Une mobilisation de plus en forte, comme APA a pu le constater mardi dans la capitale Bujumbura où une personne est morte dans la commune urbaine de Buterere tandis que quatre autres ont été blessées par des policiers qui tentaient de disperser les manifestants et ouvrir la route qui mène à l’aéroport.

Dans cette même commune, deux permanences du parti présidentiel ont été incendiées après que les manifestants y ont découvert des objets militaires et des fusils fabriqués dans des troncs d’arbres.

Le domicile de l’administrateur communal, Mme Pauline Ruratotoye a été envahi par des manifestants en colère transportant chez lui le cadavre du jeune homme qui venait d’être tué par les policiers.

Le véhicule de l’administrateur a été incendié tandis que l’administrateur a pu échapper à la furie des manifestants.

Une policière qui a tiré sur les manifestants a été également tabassée.

Dans la commune urbaine de Ngagara deux véhicules, une de transport en commun et un autre de l’Etat et une moto ont été incendiés non loin du Palais de la chambre basse du parlement.

Dans les autres communes comme Nyakabiga, Kanyosha et Musaga, les femmes et les filles prenaient la tête devant dans les manifestations contre la troisième candidature du président Nkurunziza.

Les manifestations ont également eu lieu dans certaines communes de la Province de Bujumbura rural et Bururi.

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz