Burundi : Le gouvernement lance un appel à la solidarité nationale pour financer les élections – 27/05/2015

Le président du Burundi,  Pierre Nkurunziza | Photo d'archives
Le président du Burundi, Pierre Nkurunziza | Photo d’archives

Le gouvernement burundais a lancé mardi un appel à la solidarité nationale pour l’organisation des élections, suite au refus de certains partenaires de financer le processus électoral.

Dans un communiqué signé par le secrétaire général du gouvernement, Philippe Nzobonariba, le gouvernement fait savoir qu’il a déjà rassemblé une bonne partie des moyens nécessaires pour la tenue des élections locales et législatives du 5 juin, de la présidentielle pour le 26 juin et des sénatoriales du 17 juillet.

« Dans le but de concrétiser son engagement à asseoir une culture démocratique basée sur le principe universel du choix par le peuple de ses dirigeants de la base au sommet, le gouvernement invite les citoyens patriotes convaincus de ce noble principe, à une contribution volontaire pour appuyer les efforts déjà consentis par les amis du Burundi », indique le communiqué.

Un compte intitulé « Élections 2015 » a été ouvert à la Banque de la République, précise le communiqué gouvernemental.

Par ailleurs, le chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza, a signé un décret ordonnant au ministre des finances de réaménager le budget qui était alloué à certains ministères sociaux en vue des élections.

Le ministère de l’agriculture va perdre à lui seul 4 milliards de Fbu. D’autres ministères concernés sont : la santé, l’éducation, de l’énergie et la justice.

L’objectif est de pouvoir rassembler 25 millions d’Euros, soit 44 milliards de FBU. La présidence explique que les élections ont la priorité sur toute autre chose soulignant la nécessité d’éviter qu’il y ait un gouvernement de transition, qui ouvre la voie aux aventuriers.

Les observateurs sur place craignent le ralentissement des projets de développement, tandis que l’isolement du Burundi sur la scène internationale risque de déboucher sur une crise économique pour un pays dont 52% du budget provient des partenaires au développement.

Il est à signaler que les besoins globaux des élections s’élèvent à 60 millions de dollars, soit environ 100 milliards de FBu.

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz