Burundi : Le Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union Africaine déterminée à faire prévaloir l’Accord d’Arusha – 16/06/2015

Le président du Burundi,  Pierre Nkurunziza | Photo d'archives
Le président du Burundi, Pierre Nkurunziza | Photo d’archives

Le Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union Africaine, réuni en Afrique du Sud, en marge du sommet des Chefs de l’État et de Gouvernement, a réaffirmé dans un communiqué dont APA a obtenu copie, mardi, sa détermination à ‘’assumer pleinement’’ ses ‘’responsabilités’’ dans son ‘’rôle de Garant de l’Accord d’Arusha pour la paix et la réconciliation au Burundi d’août 2000’’.

En conséquence, souligne le communiqué, le conseil a recommandé ‘’la reprise du dialogue entre toutes les parties burundaises, au plus tard dans un délai d’une semaine suivant l’adoption du présent communiqué, sous la facilitation de l’UA, des Nations unies, de la Communauté d’ Afrique de l’ Est (CAE) et de la Conférence Internationale pour la Région des Grands Lacs (CIRGL), avec l’appui des membres concernés de la communauté internationale”.

Le Conseil a invité la Présidente de la Commission à initier immédiatement les consultations nécessaires pour l’opérationnalisation de cette facilitation internationale, sous les auspices du Président en exercice de la CAE.

Ce dialogue inter-burundais, prenant appui sur le travail déjà accompli avec la facilitation des Nations unies, portera sur les mesures à prendre pour créer des conditions favorables à l’organisation d’élections libres, régulières, transparentes et crédibles, ainsi que sur toutes les questions faisant l’objet de divergences entre les parties.

Selon le communiqué, ‘’la date des élections doit être fixée par consensus entre les parties burundaises, dans l’esprit du communiqué de la CAE du 31 mai 2015 qui demande un report des élections et ce sur la base d’une évaluation technique conduite par les Nations unies”.

L’Union Africaine prévoit le déploiement immédiat des observateurs des droits de l’homme de l’UA et d’autres personnels civils, note le communiqué, ajoutant que ‘’le Conseil réitère son appel au Gouvernement burundais pour qu’il apporte son entière coopération à ce processus, le déploiement d’experts militaires de l’UA, provenant tant de la région que d’autres régions du continent, pour vérifier, en collaboration avec le Gouvernement et les autres acteurs concernés, le processus de désarmement des milices et autres groupes armés”.

Selon le communiqué, une mission d’observation électorale de l’UA sera déployée, si les conditions de la tenue d’élections libres, régulières, transparentes et crédibles, conformément à la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance, sont réunies.

© CamerPost avec © APA