Burkina : L’UA somme les militaires de céder le pouvoir aux civils – 03/11/2014

Le Lieutenant-colonel Isaac Zida. AFP / Issouf SANOGO
Le Lieutenant-colonel Isaac Zida. AFP / Issouf SANOGO

Les nouveaux dirigeants militaires du Burkina Faso ont été sommés de démissionner dans un délai de deux semaines pour ne pas tomber sous le coup des sanctions de l’Union africaine (UA), a indiqué lundi un officiel de l’organisation panafricaine.

Au sortir de la réunion du Conseil de paix et de sécurité de l’UA qui a été convoquée à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne pour discuter de la situation politique au Burkina Faso, Siméon Oyono Esono a déclaré que l’organisation continentale était catégorique dans sa condamnation de la prise du pouvoir à Ouagadougou par les militaires.

Il a expliqué que l’UA allait prendre des sanctions, si dans deux semaines le régime ne cédait les rennes du pouvoir à un gouvernement civil.

M. Esono a indiqué que dans le principe, l’UA était opposée à toute prise du pouvoir par des moyens inconstitutionnels dans les pays membres, et que le régime militaire en place à Ouagadougou ne ferait pas exception à la règle.

L’armée du Burkina Faso a confirmé samedi le colonel Isaac Zida au poste de nouveau dirigeant du pays, après que Blaise Compaoré a été chassé de la présidence vendredi dernier par d’importantes manifestations populaires.

L’installation du régime de Zida avait causé une vague de désillusion dans le pays et conduit les populations à descendre dans les rues, dimanche, pour exiger le départ des militaires et la mise en place d’un gouvernement intérimaire dirigé par des civils.

Le colonel Zida avait annoncé qu’un gouvernement dirigé par des civils serait formé pour assurer la transition du pays vers des élections démocratiques dans les délais les plus courts possibles.

Les Etats-Unis ont condamné cette prise du pouvoir qu’ils qualifient d’anticonstitutionnelle.

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz