Burkina : La charte validée, un civil va diriger la transition – 14/11/2014

© Issouf Sanogo, AFP | De gauche à droite : Goodluck Jonathan, Macky Sall, Isaac Zida et John Dramani Mahama, mercredi à Ouagadougou.
© Issouf Sanogo, AFP | De gauche à droite : Goodluck Jonathan, Macky Sall, Isaac Zida et John Dramani Mahama, mercredi à Ouagadougou.

La charte de transition au Burkina Faso a été adoptée à l’unanimité par les représentants des Organisations de la société civile (OSC), des autorités coutumières et religieuses, des partis de l’opposition politique et de l’armée, a constaté APA, jeudi, dans la soirée à Ouagadougou.

Toutes les composantes de la société burkinabè ayant pris part aux négociations, sont enfin parvenus à un accord sur la charte de la transition.

La réunion qui a débuté jeudi à 18 heures (Gmt, locales) a duré plus de trois heures, avant que les différentes parties prenantes puissent aboutir à un document dont le contenu est accepté par tous.

Pour saluer « cet exploit », les participants à la plénière ont entonné le Dytanié, l’hymne national du Burkina Faso.

Selon le Pr Luc Marius Ibriga de la société civile, « l’un des grands points du document est que le Président de la transition sera un civil désigné par consensus et non plus par vote ».

Ce président devra, à son tour, « nommer son Premier ministre qui dirigera un gouvernement de transition composé de 25 départements ministériels, dont la répartition doit prendre en compte les femmes, les jeunes et les syndicats », souligne Pr Ibriga.

Les personnalités ayant soutenu la modification de l’article 37 de la Constitution ne pourront pas participer au gouvernement, précise-t-on.

L’autre grande ligne de la charte de transition adoptée porte sur le Conseil national de la transition (CNT) qui sera composé de 90 membres et sera un organe délibératif.

Ce CNT, indique-t-on, sera dirigée par une personnalité civile et sera composé de 90 membres dont 30 représentants des partis politiques de l’ancienne opposition politique, 25 représentants des OSC, 25 représentants des forces de défense et de sécurité et 10 représentants de l’ancienne majorité.

A entendre les différents acteurs, la charte adoptée, la nomination du président de la transition ne devra plus tarder.

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz