Burkina Faso : Recrutement par la commission électorale de 2500 opérateurs de kit – 29/01/2015

Michel Kafando, président de la transition au Burkina Faso.
Michel Kafando, président de la transition au Burkina Faso.

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) veut recruter 2500 Opérateurs de kit (OPK), dans le cadre de la révision exceptionnelle des listes électorales biométriques, en vue des prochaines échéances électorales, révèle un avis de recrutement publié jeudi par l’instance en charge d’organiser les élections au Burkina Faso.

Selon l’avis de recrutement parcouru par APA, la CENI souhaite recevoir les dossiers de candidatures pour le recrutement des 2500 OPK, du 2 au 6 février prochains.

Les agents recrutés seront déployés sur le territoire national, en vue de la révision des listes électorales, prévue du 3 mars au 18 mai 2015.

‘’S’agissant d’une révision exceptionnelle, après celle de mai et juin 2014, et compte tenu de la célérité recherchée, cette opération concernera les OPK déployés pendant cette révision en 2014”, précise le document de la CENI.

L’inscription des candidats intéressés, apprend-on, se fera via une plateforme électronique accessible sur le site web de la CENI (www.ceni.bf sous la rubrique ‘’Recrutement OPK 2015”).

La CENI insiste sur la disponibilité des candidats pendant toute la période de l’activité et leur engagement à être déployé dans toutes les localités du territoire national.

Le Conseil des ministres tenu mardi, à Ouagadougou, a annoncé que les élections couplées (présidentielle et législatives) auraient lieu le 11 octobre 2015 et les municipales le 31 janvier 2016.

Ces élections devraient mettre fin à la transition en cours actuellement dans le pays.

Le Burkina Faso traverse une période transitoire, avec comme chef de l’Etat le diplomate Michel Kafando désigné le 17 novembre dernier, conformément à la charte de la transition.

L’ex-président Blaise Compaoré a démissionné le 31 octobre dernier, suite à une insurrection populaire consécutive à sa volonté de vouloir se maintenir au pouvoir en modifiant la constitution du pays.

La période de transition en cours, selon la Charte, a une durée maximale de douze mois, à compter de novembre 2014.

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz