Burkina Faso : Le promoteur artistique Jah Press « affligé » par le décès de Papa wemba

Jah Press : "c'est un très bonne mort pour un musicien" | Archives/DR
Jah Press : “c’est une très bonne mort pour un musicien” | Archives/DR

Salfo Soré, très connu sous le pseudonyme de Jah Press, considéré comme le patron du show-biz au Burkina Faso, se dit ‘’très affligé’’, par le décès du chanteur congolais, Papa Wemba, dimanche matin, suite à un malaise alors qu’il se produisait la veille dans un concert, à Abidjan en Côte d’Ivoire, dans le cadre du Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (FEMUA).

Pour Jah Press qui dit avoir assisté ‘’en live”, au décès de l’artiste congolais, il n’y a pas meilleure mort que celle vécue de Papa Wemba.

‘’Le rêve de tout musicien et de tout artiste est de mourir sur scène. C’est ce qui est arrivé à Papa Wemba”, a-t-il expliqué sur les antennes de la Radiodiffusion télévision du Burkina (RTB) où il a été l’invité du journal télévisé de la mi-journée, ce dimanche.

Le promoteur de musique burkinabè estime que l’on ne peut pas se réjouir de la mort d’un artiste musicien, surtout de la trempe de Papa Wemba, mais pense qu’au regard des circonstances de son décès,

‘’c’est un très bonne mort pour un musicien”.

‘’Lorsque le tour de Papa Wemba est arrivé de monter sur scène aux environs de 4 heures du matin, il a chanté deux chansons et c’est au cours de la 3e chanson qu’il s’est effondré, avant d’être évacué urgemment à l’hôpital”, a témoigné Jah Press.

Papa Wemba de son vrai nom à l’état civil, Jules Shungu Wembadio Pene Kikumba, est le patron du label Viva la Musica (qui a formé Koffi Olomidé, King Kester Emeneya) et co-fondateur de Zaïko Langa Langa

Il est présenté comme l’un des ‘’monuments” de la musique africaine. Il compte à son actif une cinquantaine d’albums.

Il a été, en 2007 et à titre honorifique, lauréat d’un Kundé (une récompense de la musique au Burkina Faso) que lui avait décernée le comité d’organisation de cette manifestation culturelle.

© CAMERPOST avec © APA