Burkina Faso – Massacre du 28 septembre : Inculpation du guinéen Moussa Dadis Camara – 09/07/2015

L’ancien dirigeant de la junte militaire guinéenne, Moussa Dadis Camara, a été inculpé à Ouagadougou, dans le cadre de l’enquête sur le massacre de septembre 2009 à Conakry, a-t-on appris jeudi, de sources concordantes dans la capitale burkinabè. | DR
L’ancien dirigeant de la junte militaire guinéenne, Moussa Dadis Camara, a été inculpé à Ouagadougou, dans le cadre de l’enquête sur le massacre de septembre 2009 à Conakry, a-t-on appris jeudi, de sources concordantes dans la capitale burkinabè. | DR

L’ancien dirigeant de la junte militaire guinéenne, Moussa Dadis Camara, a été inculpé à Ouagadougou, dans le cadre de l’enquête sur le massacre de septembre 2009 à Conakry, a-t-on appris jeudi, de sources concordantes dans la capitale burkinabè.

Selon l’un de ses avocats, Me Jean-Baptiste Jocamey Haba, qui s’est confié à dans un organe de presse de la place, Moussa Dadis Camara a été inculpé, hier mercredi, au terme de deux heures d’audition.

Dadis Camara, précise son avocat, a été inculpé par un pool de magistrats venus de Conakry pour l’interroger sur son implication dans les évènements du 28 septembre 2009.

L’interrogatoire se serait déroulé au Tribunal de grande instance de Ouagadougou, en présence des juges guinéens, du procureur général près du Tribunal de première instance de Dixinn, ainsi que de l’avocat de Dadis Camara.

L’ancien chef de junte, chef de la transition en Guinée, candidat déclaré à la présidentielle d’octobre prochain dans son pays, a déjà été entendu une première fois, il y a un an, par des juges burkinabè sur commission rogatoire de la justice guinéenne.

Le 28 septembre 2009, un rassemblement pacifique organisé par l’opposition politique guinéenne, dans le plus grand stade de Conakry, avait été réprimé dans le sang par la junte militaire alors au pouvoir, faisant plus de 150 morts et des dizaines de femmes violées.

L’ancien chef de la junte guinéenne, par ailleurs, ancien président du Conseil national pour la démocratie et le développement(CNDD), Moussa Dadis Camara, a toujours nié être mêlé à ces évènements tragiques.

Après avoir échappé à un assassinat, en fin 2010, Moussa Dadis est depuis lors ‘’en convalescence” à Ouagadougou d’où il a déclaré, récemment, sa candidature pour la présidentielle d’octobre prochain en Guinée.

© Camer Post avec © APA

  • le panafricaniste

    la prison c’est trop facile car qui tue par l’épée doit mourir par l’épée