Burkina Faso : Manifestation d’étudiants pour la suspension du système LMD – 30/04/2015

Les étudiants en sit-in à la présidence de l'Université de Ouagadougou le 12 mars 2015 | © Burkina24
Les étudiants en sit-in à la présidence de l’Université de Ouagadougou le 12 mars 2015 | © Burkina24

Des étudiants d’universités publiques burkinabè, à l’appel de l’Union générale des étudiants du Burkina (UGEB) et de l’Association nationale des étudiants du Burkina (ANEB), ont organisé ce jeudi à Ouagadougou, une marche-meeting pour exiger la suspension du système Licence, Master, Doctorat (LMD).

De l’avis des organisateurs de la manifestation, la marche-meeting a été ‘’une grande réussite au regard de la mobilisation des camarades étudiants”.

La marche est partie de l’Université de Ouagadougou au ministère des Enseignements supérieur et secondaire, à quelques kilomètres à l’ouest, où un message a été remis au ministre de tutelle.

Ensuite, les étudiants sont revenus dans l’enceinte de l’université pour tenir un meeting.

Selon les organisateurs, la marche-meeting fait suite aux différentes plates-formes revendicatives que les corporations estudiantines ont déposées auprès des présidences des universités de Ouagadougou et de Ouaga II.

Ils ont précisé que ces plates-formes sont restées sans suite. ‘’Nous sommes sortis parce que nous ne sommes pas contents de la manière dont le LMD a été introduit à l’Université”, a expliqué un étudiant membre du comité d’organisation.

Dans le message remis au ministre Filiga Michel Sawadogo, les étudiants ont évoqué les aspects défaillants du système LMD, introduit courant 2011, sous l’ère Blaise Compaoré.

‘’L’imposition de ce système sans mesures d’accompagnement a plongé nos universités dans une situation chaotique et indescriptible avec des conséquences dramatiques sur les étudiants”, peut-on lire dans le document.

‘’Si bien qu’on assiste à un chevauchement des calendriers universitaires avec des années académiques interminables. Par exemple, la promotion de géologie 2009/2010 a dû faire six années académiques pour obtenir une licence qui s’obtient normalement en trois ans », déplorent les signataires du message.

Le ministre Michel Sawadogo a assuré que les doléances des étudiants seront examinées en Conseil des ministres.

Pour leur part, les Corporations estudiantines promettent d’autres moyens de lutte si des solutions idoines ne sont trouvées à leurs préoccupations dans les plus brefs délais.

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz