Burkina Faso: le dossier de Thomas Sankara a ”évolué vers le tribunal militaire” – 25/03/2015

Me Bénéwendé Stanislas Sankara, président du Front Progressiste Sankariste (FPS).
Me Bénéwendé Stanislas Sankara, président du Front Progressiste Sankariste (FPS).

Le dossier du défunt président du Burkina Faso, Thomas Sankara (mort le 15 octobre 1987 lors d’un coup d’Etat) a ‘’évolué vers le tribunal militaire’’, a confirmé Me Bénéwendé Stanislas Sankara, l’un des avocats de la famille, à l’issue d’une audience mardi, avec le président de la Transition, Michel Kafando.

Me Sankara qui était en compagnie de deux autres avocats de la famille, Me Ambroise Farama et Me Julien Lalogo, a affirmé qu’il s’était agi au cours de l’entretien avec le président du Faso, de faire ‘’le point de l’évolution judiciaire du dossier du Président Thomas Sankara”.

Me Stanislas Bénéwendé Sankara a révélé que suite à une audience que leur a accordée le ministre de la Justice, le 20 mars dernier, il leur a été signifié que ‘’le dossier (de feu Thomas Sankara, Ndlr) avait quitté le cabinet pour évoluer vers le tribunal militaire parce que l’ordre de poursuite avait été donné dans ce sens”.

Selon lui, il était du devoir des avocats de venir ‘’apporter cette bonne nouvelle” au Président de la Transition, Michel Kafando.

L’audience a aussi servi de cadre pour féliciter les autorités de la Transition ‘’pour avoir respecté leur engagement, malgré la pression de l’opinion car beaucoup estimaient qu’il y avait une lenteur”, a souligné Me Sankara.

Il a ajouté que le Président du Faso a ‘’réaffirmé l’engagement des autorités de la Transition à travailler pour la manifestation de la vérité dans tous les autres dossiers”.

Pour ce qui est de l’ouverture de la tombe de Thomas Sankara, l’avocat de la famille a expliqué que cette question était ‘’pendante de la procédure elle-même”.

A l’entendre, le décret pris en conseil des ministres est une mesure conservatoire qui devrait en principe permettre aux juges d’instruction de ne plus avoir d’obstacles et de résistance au moment de l’exhumation qui sera en outre coordonnée par le ministère de la Justice, donc sous le contrôle du juge”.

Le capitaine Thomas Sankara est décédé le 15 octobre 1987, lors du coup d’Etat qui a porté Blaise Compaoré au pouvoir.

Jusqu’à la chute du président Compaoré, le 31 octobre dernier, suite à une insurrection populaire, le dossier était bloqué.

Dès sa prise de fonction le 21 novembre 2015, Michel Kafando avait promis de faire la lumière sur la mort de Thomas Sankara, ainsi que sur d’autres crimes.

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz