Burkina Faso : La deuxième édition, prévue du 7 au 11 mai à Ouagadougou, des Marley d’or – 30/04/2015

Le chanteur jamaïcain Bob Marley, ici en 1976 | (Ho.)
Le chanteur jamaïcain Bob Marley, ici en 1976 | (Ho.)

La deuxième édition des Marley d’or, événement culturel qui récompense les meilleurs artistes reggae de l’année au Burkina Faso, aura lieu du 7 au 11 mai à Ouagadougou, a annoncé le Comité d’organisation de l’évènement.

Au cours d’une conférence presse, donnée mardi pour s’expliquer sur les grandes articulations du festival, les organisateurs des Marley d’or 2015 ont annoncé que des artistes locaux et de l’étranger sont attendus pour rehausser l’évènement.

Ils ont souligné que cette année la manifestation culturelle allait se tenir sous la forme d’un festival qui débutera le 7 mai avec le village Marley pour prendre fin le 11 mai, jour de commémoration de la disparition de Bob Marley.

Le thème retenu pour la 2e édition des Marley d’or est ‘’Reggae et unité nationale”. Pour l’artiste musicien Madess, promoteur de la manifestation, cette thématique s’inspire de la situation sociopolitique actuelle du Burkina Faso.

‘’On ne va pas réinventer la roue. Ce thème est parti de la chanson +Africa united+ de Bob Marley et nous l’avons adapté au contexte du pays pour apaiser les cœurs”, a-t-il argumenté.

Le clou de l’évènement est programmé pour le 9 mai, date à laquelle les meilleurs artistes reggae de l’année seront récompensés.

A cet effet, trois catégories de distinction sont prévues pour les récompenses. Il s’agit du Marley du meilleur spectacle, celui du public et le Marley d’or.

Selon le comité d’organisation, un jury est mis en place avec pour tâche de retenir les meilleurs artistes dans les trois catégories ciblées et pour le Marley du mécène qui sera décerné à la personnalité qui soutient la culture.

Entre autres artistes attendus au Festival, on cite Abu Sadic du Ghana, Koko Dembélé, Malien résidant au Brésil, les Ivoiriens Fadal Dey et Ahmed Faras.

Ces artistes viendront s’ajouter à leurs homologues burkinabè Djah Veruthy, Onasis, et Martin N’téry, par ailleurs, lauréat de la première édition.

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz