Burkina Faso : Inculpation du général Gilbert Diendéré dans l’assassinat de Thomas Sankara

Le général Gilbert Diendéré inculpé dans l'assassinat de Thomas Sankara | SOPHIE GARCIA/ HANS LUCAS POUR LE MONDE
Le général Gilbert Diendéré inculpé dans l’assassinat de Thomas Sankara | SOPHIE GARCIA/ HANS LUCAS POUR LE MONDE

Le général Gilbert Diendéré, vient à nouveau, d’être inculpé, dans le dossier relatif à l’assassinat de l’ancien président, le capitaine Thomas Sankara, a confirmé une source militaire.

Selon cette source, le général Diendéré est poursuivi dans cette affaire, pour entre autres chefs d’accusation, complicité d’assassinat du défunt leader de la Révolution burkinabè.

Le capitaine Thomas Sankara, avait trouvé la mort, avec douze de ses compagnons d’infortune, le 15 octobre 1987, lors du putsch qui a amené le président Blaise Compaoré au pouvoir.

Depuis l’assassinat du père de la Révolution burkinabè, sa famille, ses avocats et ses partisans n’ont de cesse de réclamer lumière et justice, mais sans succès.

Il a fallu l’insurrection populaire de fin octobre 2014 ayant entrainé la chute de Blaise Compaoré et son régime, pour que le dossier puisse connaitre un début d’avancement au niveau judiciaire.

L’inculpation de Diendéré intervient au moment où la famille du héraut de la Révolution burkinabè attend le résultat de l’expertise ADN du disparu, dont les restes ont été exhumés dans sa présumée tombe au cimetière de Dagnoen (au Centre-Est de Ouagadougou, Ndlr).

Après l’exhumation des restes du défunt capitaine, en fin mai 2015, les résultats de l’expertise balistique ont été livrés, courant août dernier, révélant des traces de balles dans les restes.

Quelques semaines plus tard, c’était le putsch manqué de mi-septembre où le général Diendéré et l’ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP) étaient les principaux commanditaires.

Gilbert Diendéré, par ailleurs ancien chef d’état-major particulier du président Blaise Compaoré, est inculpé dans ce coup d’Etat manqué, entre autres, pour atteinte à la sûreté de l’Etat, terrorisme, crimes contre l’humanité.

Il est actuellement à la Maison d’arrêt et de correction de l’armée (MACA), sis à Ouagadougou, avec d’autres officiers supérieurs de l’armée burkinabè dont le général Djibrill Bassolé.

© CAMERPOST avec © APA