BUDGET D’INVESTISSEMENT : L’éternel problème de sous consommation

Les experts et responsables des questions budgétaires viennent de se réunir à Yaoundé autour d’un colloque aux fins d’examiner les problèmes liés à la consommation du budget d’investissement 2013.

Au moment où le troisième trimestre de l’exercice budgétaire 2013 tire à sa fin, le bilan dressé sur la consommation du budget d’investissement est négatif. Comparé au budget de fonctionnement qui, lui est très souvent consommé, dans son entièreté avant la fin du 2nd trimestre de l’exercice. Les chiffres avancés sont inquiétants au regard des attentes des populations. A ce jour, seulement 34% d’engagement et 27% d’exécution.

A cette occasion, les experts ont déroulé un diagnostic mettant en relief plusieurs causes à cet état de fait : D’abord, il y a la mise en œuvre d’un nouvel outil budgétaire ; le Budget Programme. La programmation est encore mal maîtrisée des acteurs du processus. Et puis, les gestionnaires évoquent la laborieuse mise en œuvre des procédures de passation des marchés publics. Depuis sa création en décembre 2011, le Ministère des Marchés Publics a initié une série de réformes (7 à ce jour) visant à assainir le secteur. Seulement, les procédures qui en résultent, sont non seulement mal appropriées par les acteurs mais aussi se révèlent être une source de lourdeurs administratives. Entre autres causes relevées, l’on note la centralisation des marchés de plus de 50 millions et les visas à obtenir au ministère des Marchés publics.

Entre temps, les populations qui attendent des améliorations dans leurs conditions de vie restent livrées à leurs problèmes d’éducation, de santé, de transport, etc.

Patrick FOUDA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz