BEAC : Le gouverneur Lucas Abaga Nchama se félicite de son bilan – 08/04/2015

Lucas Abaga Nchama, gouverneur de la BEAC.
Lucas Abaga Nchama, gouverneur de la BEAC.

Le redressement et la modernisation de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) «est en très bonne voie» et l’institut d’émission «est préparé pour faire face à ses défis futurs», selon le gouverneur Lucas Abaga Nchama.

Dans une note de présentation des états financiers publiée mardi, il affirme que le taux d’exécution du plan de réformes et de modernisation s’est situé «à 72.5% en décembre 2014».

«Des progrès plus que notables ont effet été enregistrés dans plusieurs domaines, mais nous restons déterminés à parachever les différents chantiers engagés assortis de nouveaux chronogrammes de réalisation et éventuellement de nouveaux critères d’appréciation.»

Selon lui, la BEAC est considérablement avancés dans son processus d’institution d’une gouvernance moderne, de même qu’un progrès significatif a de même été réalisé dans la mise en place, au sein de la Banque centrale, d’un dispositif de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme.

Ces progrès sont palpables notamment dans le processus d’accroissement des compétences organisationnelles, la maîtrise des risques, le perfectionnement du système d’information, la recherche d’une plus grande performance et une fiabilité davantage éprouvée.

Ils se manifestent aussi dans le système d’information comptable, le renforcement de l’efficacité de la politique monétaire avec notamment la mise en place du dispositif d’admission des titres publics et titres privés, la programmation monétaire et l’approfondissement de l’activité de recherche, l’amélioration de la qualité des services des systèmes et moyens de paiement, le renforcement de la sécurité desdits systèmes, un mieux du cadre et des infrastructures de travail des agents ou encore la rationalisation accrue des dépenses de fonctionnement et d’investissement.

Selon Lucas Abaga Nchama, les produits d’exploitation de la BEAC ont progressé de 11,79% en 2014 par rapport à l’année précédente, en dépit d’un contexte de baisse généralisée des taux sur les marchés internationaux.

Les charges d’exploitation ont ainsi augmenté de 8,33%, par rapport à l’exercice 2013 et la BEAC affiche un résultat en amélioration de 39,12% pendant la période étudiée.

La situation financière de la Banque est donc demeurée solide, affirme-t-il, les fonds propres s’étant sont accrus de 15.037 millions FCFA par rapport à l’année précédente.

Ses avoirs extérieurs bruts ont toutefois diminué de 4,24%, du fait de la contraction des avoirs en Compte d’opérations (-22,65%), compensés en partie par les autres avoirs extérieurs gérés directement par la Salle des marchés de la Banque.

© CamerPost avec © APA