Bassin du lac Tchad : L’ONU encourage les pays de la région à développer une stratégie commune face à Boko Haram

Tayé-Brook Zerihoun, sous-secrétaire général de l’ONU aux affaires politiques | © UN Photo/Eskinder Debebe

Deux hauts responsables des Nations Unies ont souligné jeudi devant le Conseil de sécurité que le groupe extrémiste Boko Haram restait capable de mener des attaques dans les pays de la région du bassin du lac Tchad même s’il a perdu une bonne partie du territoire qu’il contrôlait.

“Malgré les louables efforts militaires de la région contre Boko Haram (…), Boko Haram conserve la capacité de mener des attaques”, a expliqué le sous-secrétaire général aux affaires politiques, Taye-Brook Zerihoun, devant les membres du Conseil.

Le secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, Stephen O’Brien, a noté pour sa part une intensification de la crise humanitaire dans le nord-est du Nigeria et dans certaines parties du Cameroun, du Tchad et du Niger, déclenchée par la campagne “horrible, violente et inhumaine de Boko Haram”.

“Bien que Boko Haram ait perdu une grande partie du territoire qu’il contrôlait autrefois – mais pas la totalité -, les raids et attentats suicides visant des civils continuent de causer des destructions, de la peur, des traumatismes psychologiques et physiques, d’empêcher les gens d’accéder aux services essentiels et de détruire des moyens de subsistance et des infrastructures vitales”, a-t-il ajouté, précisant que 2,4 millions de personnes sont actuellement déplacées, dont 1,5 million d’enfants.

Lire la suite à © XINHUA >>

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz