Bassin du Lac Tchad – Boko Haram : 20 672 enfants atteints de malnutrition aiguë

20 672 enfants atteints de malnutrition aiguë dans le bassin du Lac Tchad | © AP/ILLUSTRATION

Ce bilan est établi par l’Organisation non gouvernementale française, Action Contre la Faim (ACF). L’ampleur de la situation demande une intervention d’urgence pour éviter un drame humanitaire, selon Action Contre la Faim.

Selon le rapport d’Action contre la faim, ce sont près 20 672 enfants en situation de malnutrition aigue sévère, parmi les 136 000 personnes originaires des pays du Bassin du Lac Tchad (Nigéria, Cameroun, Tchad et Niger). Ces déplacements provoqués par des exactions de la secte islamiste nigériane, Boko Haram. Des populations en situation d’insécurité alimentaire.

Crise humanitaire d’ampleur

Le rapport d’ACF indique que c’est en quatre ans seulement, la plus grande crise humanitaire actuellement dans la région. La crise sécuritaire qui sévit dans la région depuis 2013, est tributaire des actes de violences perpétrés par Boko Haram sur les populations civiles. Obligées de fuir les violences, les communautés locales sont entrées dans une situation de précarité à nulle autre pareille. Les chiffres à la fois des déplacés internes et des populations transfrontalières démontrent l’ampleur de la crise humanitaire.

Selon le Haut commissariat des Nations unies aux réfugiés (UNHCR), 2, 4 millions de personnes sont déplacées dans la région, dont 1,64 millions de déplacés internes au Nigéria et plus de 180 000 réfugiés dans les pays voisins.

Comme répercussions immédiates, de cette situation critique, les pénuries alimentaires, l’augmentation des risques d’épidémies, de maladies infectieuses comme le choléra. Bien plus, les zones d’accueils de ces populations en situation de vulnérabilité, sont très pauvres d’où l’exercice d’une forte pression sur les ressources déjà bien limités. S’accentuent alors de fait, les besoins en nourriture, protection, abris, santé, nutrition et eau, hygiène et assainissement. Des besoins insuffisamment couverts dans les zones touchées en pleine croissance ces dernières années.

Des besoins urgents

En perspective, ce seront 7 millions de personnes en situation d’insécurité alimentaire en 2017. Par ailleurs, 515 000 enfants subiront la malnutrition aigue sévère, selon l’ONG, Action contre la Faim.

Une tâche herculéenne à laquelle feront face, les organisations humanitaires dont Action contre la Faim dans la zone. Un combat presque perdu, peut-on lire dans le rapport, à cause de l’immensité des besoins jusqu’ici difficiles à évaluer, la pénibilité d’accès dans les zones reculées et reprises probables des opérations militaires entre les forces armées des pays concernés et les adeptes de la secte terroriste Boko Haram.

Action contre la faim en action

Dans les pays du bassin du lac Tchad, la stratégie d’ACF est de fournir une réponse d’urgence multisectorielle. Il s’agit de contribuer au redressement économique et au renforcement de la résilience et de la cohésion sociale des territoires les plus affectés par le conflit ; réponde pour une sortie de crise durable. Principalement, répondre et prévenir l’insécurité alimentaire et la nutrition à travers une assistance alimentaire d’urgence ou des compléments alimentaires pour des personnes à risques ; prendre en charge les enfants malnutris aigus sévères ; répondre aux besoins d’urgence des populations déplacées et réfugiés, notamment à travers un appui en eau, hygiène et assainissement. En fin, conduire un plaidoyer régional pour une réponse humanitaire suffisante, efficace et coordonnée.

© CAMERPOST par Augustin TACHAM

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz