Basket-ball : Joel Embiid, premier camerounais All Star de la NBA ?

Le Camerounais Joël Embiid en 2014, lors d’un match du championnat universitaire américain. | Ed Zurga/Getty Images/AFP

Le pivot camerounais, privé des parquets pendant 2 ans, pour sa première saison dans le meilleur championnat au monde affole, les compteurs par ses performances. On se questionne déjà sur sa probable présence au All Star week-end le 19 février.

« J’aime vraiment beaucoup ce gamin ! Je ne suis pas du genre à complimenter les gens, mais lui, je l’aime vraiment. Je pense qu’il a de bonnes chances d’être le meilleur pivot de la ligue » a encensé DeMarcus Cousins, le pivot des Kings de Sacramento, après sa victoire face au Sixers dans la nuit du 27 décembre. Le jeune pivot camerounais malgré la défaite (102-100) s’est tout de même illustré avec 25 points, 8 rebonds, 2interceptions et 2 contres en 28 minutes de jeu.

Ce géant de 2m13, drafté en 3ème position à Philadelphie en 2014, n’est pourtant qu’à sa première saison en NBA en raison de multiples blessures et au dos et au genou. Annoncé comme l’un des futurs meilleurs joueurs de la ligue, le camerounais est une véritable idole pour les supporters des Sixers. Le colausse de 113 kg annonçait déjà les couleurs lors de son premier match contre le Thunder en affichant à son compteur 20 points et 7 rebonds en 22 minutes. Le Lion Indomptable est rentré encore en peu plus dans le cœur de ses supporters lors de la victoire des siens face aux Nets (108-107). Jojo, en super forme, inscrit 33 points assortis de 10 rebonds. Celui qui sera sans aucun doute Roockie de l’année tourne en moyenne avec 18,7 points, 4 rebonds et 1,7 passe par match.

L’homme des battles

Il aime marquer et  aussi défendre. Il aime surtout se mesurer au plus fort. Et ça, Joël l’a démontré à plusieurs reprises depuis le début de saison. Pas surprenant pour un gamin de 22 ans qui impose le respect par son physique. Le jeune pivot des Sixers a rencontré des «  big men » sur son passage. Celui qu’on compare à Olajuwon ou encore Karl Malone a à chaque fois tenu le pari. Des sueurs froides, il en a données à certains de ses adversaires. « BBQ chicken » c’est l’expression qu’a employée Shaquille Onéal pour qualifier la domination d’Embiid sur Hassan Whiteside, le puissant pivot de 2m13 de Miami. Le duel le plus mémorable est sans aucun doute contre Lebron James. Le lion a infligé trois coups de griffes au King  au cours d’une rencontre. Quelle audace !

Plus qu’une star, un All Star ?

L’ancien pensionnaire du camp Mba A Mouthé fait sans aucun doute l’unanimité en NBA. Joel Embiid, pour ses débuts, répond largement aux attentes des spécialistes. Ses statistiques parlent pour lui. Pour un pivot de sa taille, Le fils de Patrick a plusieurs cordes à son arc contrairement aux autres évoluant à son poste. Bon scoreur, excellent en défense, « the process » s’illustre par son jeu de jambes, sa mobilité et son adresse au panier à 3 points. Le chemin du ALL STAR GAME semble plutôt bien tracé pour Joel Embiid.  Pour son entraineur Brett Brown c’est une évidence : « il n’y a pas de doute dans mon esprit qu’il doit sérieusement être envisagé comme un All-Star potentiel. » Le dernier en date à avoir intégré le All Star dès sa première saison est Blake Griffin. En 2011.

© CAMERPOST par Alain Ghislain Kanga

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz