Nigeria: Des attentats meurtrier contre des mosquées dans le nord du pays

Un attentat a visé une mosquée de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, le 23 octobre. Crédits : STRINGER / AFP
Un attentat a visé une mosquée de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, le 23 octobre. Crédits : STRINGER / AFP

Au moins 27 personnes ont été tuées et 96 blessées dans un attentat contre la mosquée de Jambutu, à Yola, dans le nord-est du Nigeria, vendredi 23 octobre, selon l’Agence nationale de gestion des urgences (NEMA). Plus tôt dans la journée, un attentat-suicide meurtrier avait frappé une mosquée de Maiduguri, fief des islamistes de Boko Haram, dans l’Etat de Borno, également dans le nord-est du pays.

A Yola, capitale de l’Etat d’Adamawa, l’explosion s’est produite au moment de la prière hebdomadaire, la première dans cette mosquée dont la construction n’était pas encore totalement achevée, comme l’a raconté un bénévole ayant participé aux opérations de secours :

« Les fidèles s’étaient levés pour le début des prières après le prêche de l’imam quand une énorme explosion s’est produite. Ça a été la panique, des dizaines de fidèles jonchaient le sol dans des mares de sang. On est en train de séparer les morts des blessés parmi les victimes. On a des dizaines de morts et de blessés. »

Sixième attaque du mois à Maiduguri

Sa’ad Bello, coordinateur du NEMA dans l’Etat d’Adamawa, a précisé que les victimes, qui souffrent « de fractures, de brûlures et de lacérations », avaient été transportées dans deux hôpitaux de la ville :

« La plupart des blessés sont désormais dans un état stable et ont été transportés dans les différents services. Seuls quelques-uns demeurent aux urgences. »

Yola avait jusqu’ici été relativement épargnée par l’insurrection islamiste qui ravage le nord-est du Nigeria depuis six ans. La ville avait même servi de refuge l’an dernier à des dizaines de milliers d’habitants de villes et de villages de la région fuyant les attaques de Boko Haram. Un engin explosif avait tout de même fait sept morts et vingt blessés le mois dernier dans un camp de déplacés au sud de la ville et plusieurs attentats-suicides ont été commis dans le nord de l’Etat d’Adamawa, voisin de celui de Borno, le plus touché par les violences.

A Maiduguri, où Boko Haram a vu le jour en 2002, l’attaque de vendredi est le sixième attentat-suicide depuis le début d’octobre. Selon des témoins ayant participé aux opérations de secours, au moins vingt-huit personnes ont été tuées vendredi dans l’attaque menée à l’aube, lors de la première prière du matin. Le NEMA avait d’abord avancé un bilan de six morts et de dix-sept blessés.

Source: Le Monde.fr avec AFP et Reuters