Assemblée générale de l’Onu : Paul Biya annoncé à New-York

Le chef de l'État camerounais, Paul BIYA | © AFP/PATRICK KOVARIK
Le chef de l’État camerounais, Paul BIYA | © AFP/PATRICK KOVARIK

L’un des enjeux de l’Assemblée générale de l’Onu, dont le débat général annuel se tient le mardi 20 septembre 2016 et la réunion de haut niveau le mercredi 21 septembre 2016, est l’élection d’un nouveau secrétaire général de l’Onu. Le chef de l’Etat camerounais est annoncé à New-York où il doit prendre part à cette importante Assemblée générale de l’Onu. La Course à la succession du secrétaire général de l’Onu Ban Ki-moon bat son plein. Le second et dernier mandat du Sud-coréen Ban Ki-moon prend fin le 31 décembre 2016. Un nouveau secrétaire général de l’Onu sera élu en octobre prochain et entrera en fonction le 1er janvier 2017. Au cours de ce mois de septembre, le Conseil de sécurité de l’Onu doit soumettre un seul nom à l’Assemblée générale de l’Onu, qui devra l’entériner. Chaque Etat membre de l’Assemblée générale de l’Onu doit se prononcer sur le choix du candidat.

Le processus de sélection des candidats a débuté en juillet dernier au sein des 15 membres du Conseil de sécurité de l’Onu avec plusieurs tours de scrutin à bulletin secret. D’autres scrutins se poursuivent pour dégager un consensus autour d’un candidat. Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité (Les Etats-Unis, le Royaume uni, la France, la Chine et la Russie) peuvent utiliser leur droit de veto pour bloquer un candidat. Le Secrétaire général étant désigné de manière rotative, selon le critère de l’appartenance géographique par région du monde, un(e) représentant (e) de l’Europe de l’Est aurait plus de chance d’être élu (e) cette fois-ci. Une femme pourrait devenir la prochaine secrétaire générale de l’Onu. Aucune femme n’a accédé jusqu’ici au poste de Secrétaire général de l’Organisation de l’Onu. Les 8 Secrétaires généraux qui se sont succédé depuis 1945 étaient tous des hommes.

Par ailleurs Paul Biya peut se féliciter d’avoir mis en pratique les recommandations du Secrétaire général de l’OnuBan Ki-moon en ratifiant l’Accord de Paris sur les changements climatiques au terme de la session de Juin 2016. Le projet de loi sur la ratification de l’Accord de Paris avait été défendu lors de la dite session devant la Commission des Affaires étrangères par le ministre de l’Environnement, de la protection de la nature et du développement durable, Helé Pierre et le ministre des Relations extérieures Lejeune Mbella Mbella. En signant cet Accord, le Cameroun avait exprimé son engagement à réduire ses émissions de gaz à effet de serre à hauteur de 32%. Le gouvernement s’est également engagé à améliorer la salubrité urbaine en faisant des déchets une ressource pour la production de 25% d’énergies renouvelables. Adopté à l’issue de la Cop 21 en décembre 2015, l’Accord de Paris sur les changements climatiques prévoit la réduction du réchauffement climatique de la planète en dessous de 2°C et de poursuivre les efforts pour limiter la hausse des températures à 1,5°C.

Source : © La Nouvelle Expression

  • N’attendez rien de ce monsieur… Il ne peut prendre aucun risque audacieux. Il n’en a pas les couilles… Quelle position idéologique a-t-il prise depuis 34ans??? Ce n’est qu’une marionnette de la honteuse France, le cancer de l’Afrique noire francophone …