Ape d’étape Cameroun-Union européenne : ce qu’il faut savoir

Ce qu’il faut savoir de l'Ape d’étape Cameroun-Union européenne | Illustration/DR
Ce qu’il faut savoir de l’Ape d’étape Cameroun-Union européenne | Illustration/DR

Règles d’origine, mise à niveau des entreprises

Dans le cadre du démantèlement tarifaire prévu demain, ce sont deux aspects-clés de la mise en œuvre de l’accord sur lesquels les deux parties travaillent.

L’Accord de partenariat économique (APE) d’étape ratifié par le Cameroun avec l’Union européenne (UE) en juillet 2014 entre en vigueur dès demain 04 août. Dans les faits, cette date correspond au démarrage du processus de démantèlement tarifaire des produits européens entrant sur le marché camerounais. Dans le cadre de la série que CT lance dès ce jour intitulé : « APE d’étape Cameroun-Union européenne : ce qu’il faut savoir », deux points précis sont exposés : les règles d’origines et la mise à niveau des entreprises.

Les règles d’origine sont incontournables dans la mise en œuvre de l’accord d’étape du Cameroun. « Les règles d’origine vont servir côté camerounais à déterminer de façon transparente et objective, les produits européens qui bénéficieront de la baisse ou de l’élimination des droits de douane », explique Samuel Yemene, membre du Comité de suivi de la mise en œuvre des APE. Certains produits étant exclus de l’accord, ce sont ces règles d’origine qui vont permettre de faire la différence.

En prélude à l’entrée en vigueur de cet accord et dans un souci de compétitivité, un programme de mise à niveau des entreprises camerounaises a été mis sur pied. « Il s’agit d’un processus continu qui vise à préparer et à adapter l’entreprise et son environnement au niveau des exigences du libre-échange », confie Chantal Elombat, directrice du Bureau de mise à niveau des entreprises. Selon les statistiques fournies par cette structure, 346 demandes d’adhésion ont été enregistrées au programme, 157 pré-diagnostiquées et 65 admises. Ces entreprises commercialisent des produits alimentaires, des matériaux de construction, des services d’hébergement et restauration, du savon de ménage et détergents, des colles, des peintures, des objets d’arts, des semi-remorques, des plateaux, des tôles et autres produits des industries mécaniques, des parpaings, des pavés, des emballages à usage agro-alimentaire, des tissus, des vêtements, etc.

Source : © Cameroon Tribune

Par Josiane TCHAKOUNTE

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz