Antisémitisme : Des juifs envisagent de quitter la France après l’attaque du supermarché casher – 14/01/2015

Une vue du supermarché casher lors de l'assaut. Crédit AFP - By Gabrielle Chatelain
Une vue du supermarché casher lors de l’assaut. Crédit AFP – By Gabrielle Chatelain

L’attaque du 9 contre un supermarché casher a horrifié la société française et la communauté juive. De plus en plus de membres de cette communauté s’inquiètent de leur avenir en France et commence à envisager de partir en Israël.

Plusieurs dizaines de milliers de candidats au départ

Le matin du 12 janvier, de nombreux magasins de la communauté juive de Paris Paris restaient portes closes. « C’est la guerre ici », a déclaré Jacqueline Cohen, propriétaire d’une boutique d’art, au New York Times. « Après l’attaque visant le supermarché casher, nous nous sentons plus en sécurité à Tel-Aviv que dans le centre de Paris. »

Selon le secrétaire général du Congrès juif européen Serge Cwajgenbaum, ces derniers attentats ont marqué un tournant pour les Juifs français, après l’offensive israélienne à Gaza l’été dernier qui avait entraîné plusieurs attaques contre des synagogues et magasins juifs à Paris. En France, les actes antisémites perpétrés par des militants islamistes sont de plus en plus clairement des actes de guerre, mais le système judiciaire et les organes de sécurité sont incapables de les prévenir, ce qui préoccupe énormément les gens, selon lui.

Selon les chiffres de l’Agence juive pour Israël, avec environ 7 000 immigrants venus de France en 2014, la France est devenue la principale source de l’immigration juive en Israël. Le directeur de l’Agence juive, Natan Sharansky, a prédit que 15 000 Juifs français pourraient émigrer en 2015, et plus de 50 000 pourraient quitter la France au cours des prochaines années. M. Sharansky a observé que les attaques survenues à Paris ont exacerbé le sentiment d’insécurité de la communauté juive en France depuis la Seconde Guerre mondiale. Actuellement, environ 500 000 juifs vivent en France, où ils forment la plus grande communauté juive d’Europe.

Netanyahou saisit l’occasion pour accueillir les juifs de France

Craignant l’impact négatif qu’aurait un exode, les dirigeants français ont réaffirmé leur soutien à la communauté. Le premier ministre Manuel Valls a déclaré le 10 janvier que « La France, sans les juifs de France, n’est plus la France ». Le lendemain, le président français François Hollande et le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou ont visité une synagogue à Paris en commémoration des victimes, et ont condamné l’acte de terrorisme antisémite.

Les nouvelles mesures de sécurité prises pour les protéger ne suffisent pas toutefois à rassurer les juifs de France. Certains ont annoncé leur intention de partir en Israël, et le premier ministre israélien a déclaré que le pays les accueillerait « les bras ouverts ».

Le 12 janvier, Benjamin Netanyahou s’est rendu dans le supermarché casher visé par un terroriste trois jours plus tôt et a rencontré les otages survivants devant un grand groupe agitant des drapeaux israéliens. Le premier ministre a qualifié que le terrorisme islamiste de plus grande menace pour les juifs en France et ailleurs.

Dans la matinée du 12 janvier, un étudiant musulman de 26 ans s’est rendu au supermarché pour exprimer sa solidarité avec la communauté juive. Il a rappelé que l’attaque avait été perpétrée par un fanatique extrémiste, que cela n’avait rien à voir avec l’islam et que la majorité des musulmans français étaient choqués par cet acte. Cependant, la communauté se demande pourquoi il n’y a pas eu plus de musulmans condamnant les attaques.

L’approche de Benjamin Netanyahou a entraîné quelques critiques, certains l’accusant d’utiliser la tragédie pour « vendre » Israël aux juifs de France. Natan Sharansky a exprimé son désaccord. Selon lui, en tant qu’État juif, Israël a pour responsabilité morale de promettre un refuge sûr aux juifs.

Quoi qu’il en soit, tout le monde n’envisage pas de partir dans l’immédiat. Jacqueline Cohen a déclaré : « Je n’ai pas peur, je suis indignée ». Elle ne partira pas de France, parce que « partir maintenant signifierait que les terroristes ont gagné. »

Source: french.china.org.cn

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz