Amnesty International épingle à nouveau le Cameroun dans la lutte contre Boko Haram

Cameroun : Amnesty épingle à nouveau le Cameroun dans la lutte contre Boko Haram (credit: Amnesty International)

Un rapport d’Amnesty International publié ce jeudi 20 juillet 2017 met en lumière des crimes de guerre dans la lutte contre Boko Haram, dont le recours à la torture. L’organisation parle de 101 cas de détention au secret et de torture qui auraient eu lieu entre 2013 et 2017 sur plus de 20 sites différents. Le contenu du texte avec CAMERPOST.

Plus de mille civils torturés

Les auteurs du rapport révèlent que l’organisation estime que Boko Haram a tué plus de 1 500 civils au Cameroun depuis 2014 et perpétré de nombreux enlèvements. De ce fait, en avril 2017, ils soutiennent avoir écrit aux autorités camerounaises afin de leur faire part du contenu du rapport, mais ils n’ont pas obtenu de réponse et toutes les demandes d’entretien qu’ils ont formulées par la suite ont été rejetées.

Toujours dans le sillage des dénonciations, le rapport révèle que les victimes ont décrit au moins 24 méthodes de torture qu’elles avaient subies. « Dans l’une des positions douloureuses les plus courantes, surnommée la position de (la chèvre) par les détenus, on leur attachait les membres derrière le dos avant de les battre. Une autre technique, appelée (la balançoire), consistait à suspendre les détenus en l’air, les membres liés dans le dos, avant de les frapper », apprend-t-on.

Amnesty ajoute que l’immense majorité des victimes ont été torturées sur deux sites de détention non officiels : le siège du Bataillon d’intervention rapide (BIR) à Salak, près de la ville  de Maroua, dans l’Extrême-Nord et un centre situé à Yaoundé, la capitale, près du Parlement et géré par la Direction générale de la recherche extérieure (DGRE) – les services de renseignement.

« En s’appuyant sur une modélisation architecturale, des descriptions d’anciens détenus, des vidéos, des images satellitaires et des photos, une équipe de spécialistes de Forensic Architecture a reconstitué en 3D le site de Salak et une école de Fotokol convertie en base militaire », dit le rapport qui indique qu’il faille que « les hauts gradés en charge de ces centres de détention qui sont soupçonnés d’avoir une responsabilité, au sein de la chaîne de commandement, dans des détentions au secret, des actes de torture, des morts en détention ou des disparitions forcées fassent l’objet d’une enquête », a déclaré Alioune Tine d’Amnesty.

© CAMERPOST par Linda

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Amnesty International épingle à nouveau le Cameroun dans la lutte contre Boko Haram"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Paul Madina

CE N’EST PAS GENTIL D’EPINGLER SEULEMENT LE Cameroun DANS COMBAT CONTRE LE MAL QUI A ENDEUILLÉ plusieurs familles. Quand le boko haram massacre où est Amnesty international

wpDiscuz