Allemagne : Scrutin sanction pour Angela Merkel

Angela Merkel est notamment critiquée sur sa politique en faveur de l'accueil des migrants. | © AFP / Thomas Kienzle
Angela Merkel est notamment critiquée sur sa politique en faveur de l’accueil des migrants. | © AFP / Thomas Kienzle

Les qui se tenaient hier dimanche 13 Mars a vu la montée en puissance de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD), parti populiste et anti immigration qui a réalisé de très bons scores en dépassant toutes les espérances. Ces élections qui se sont déroulées dans trois Lander ; le Bade-Wurtemberg, la Rhénanie-Palatinat et la Saxe-Anhalt, ont déstabilisé l’Union chrétienne-démocrate (CDU) et sa présidente, la chancelière Angela Merkel. Dans ces trois régions, un seul thème a dominé la campagne : la crise des réfugiés.

Avec ses bons résultats, l’AfD qui n’est respecté par aucune autre formation politique a crée un grand déséquilibre dans le paysage politique allemand.

Poussée de l’extrême droite

Parti fondé il y a seulement trois ans, l’AfD apparaît comme le grand vainqueur des scrutins, en particulier en Saxe-Anhalt où il se place deuxième (24,1%) et talonne la CDU qui arrive en tête (29,8%). L’AfD rafle 15,1% dans le Bade-Wurtemberg et plus de 12% en Rhénanie-Palatinat, se classant ainsi 3e.

Cette grande percée des populistes est due à la politique d’accueil des réfugiés de la chancelière Merkel. Cette politique inadmissible a été sanctionnée, se réjouit la co-présidente de l’AfD, Frauke Petry.  Cette dernière commence à avoir de l’ambition pour son parti et fixe le cap pour les élections fédérales de 2017. La politique populiste et anti immigration de ce parti est pour ainsi dire lancée.

Merkel en difficulté ?

 Pour Angela Merkel et ses alliés les sociaux-démocrates, ces élections sont un coup de massue. Il est évident qu’elles avaient valeur de test en ce moment où la politique de gestion de la crise migratoire divise le pays.

En poste depuis plus de dix ans, jamais Merkel n’avait subi un tel revers lors d’élections, précise CAMERPOST.

La chancelière ne s’est pas encore prononcée sur sa volonté de briguer un quatrième mandat à l’issue des législatives prévues pour septembre 2017. Il convient tout de même de noter que la popularité d’Angela Merkel reste tout de même très élevée et qu’aucun rival sérieux ne se dessine à l’horizon.

Fin d’une politique d’immigration trop généreuse ?

Au sein même de son parti, Angela Merkel fait face à certaines contestations. Pendant la campagne, les deux têtes de listes en Bade-Wurtemberg et en Rhénanie-Palatinat avaient suggéré un changement de ligne ; mais le parti a maintenu sa politique. Entre la contestation électorale et le front du refus au niveau européen, Angela Merkel abandonnera peut-être ses positions et se résignera à une fermeture unilatérale des frontières en Europe. Mais la chancelière, isolée, peine à rallier les autres Européens à sa cause. Plusieurs pays ont fermé une à une leurs frontières, laissant des dizaines de milliers de migrants, notamment des Syriens fuyant la guerre, coincés en Grèce dans des conditions jugées catastrophiques.

CAMERPOST estime que Merkel devra prendre au sérieux cette percée du parti populiste. Même si les élections étaient régionales, la campagne électorale a essentiellement tourné autour de la question migratoire. La politique migratoire poursuivie par la chancelière a détourné de son parti les électeurs conservateurs.

© CAMERPOST par Eliane Ndounkeu

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz