Allemagne – Attaque de Berlin : Angela Merkel, victime de sa solidarité envers les refugiés

Angela Merkel, la Chancelière d’Allemagne | © AFP / Thomas Kienzle / Illutration

Le terroriste n’a pas de sentiment et la chancelière en appris à ses dépens. En Prusse, c’est de la consternation.

Début de semaine triste dans la capitale allemande, jusqu’alors épargné, par la vague d’attaques terroristes qui se bâtissent désormais un nid dans le vieux continent. 12 morts sur le coup et 48 blessés, dont 30 personnes avec un état clinique préoccupant.

De la peur

48heures après l’attaque d’un camion sur le marché de noël à Berlin, l’Etat islamique revendique l’attaque. La piste terroriste est vite connue. Au lendemain de l’attaque de lundi, un suspect avait été interpelé. Il s‘agissait d’un Pakistanais, demandeur d’asile. Mais 24 heures après, aucun indice sur lui permettant de le garder a indiqué les agents de la police scientifique allemande. Et du coup, réponse vite trouvée le suspect court toujours. Il est potentiellement dangereux.

De la générosité pour rien

Contrairement à certains pays européens, nordiques en l’occurrence, l’Allemagne de la Chancelière Merkel est restée solidaire envers les réfugiés. Le parti de la chancelière, l’Union chrétienne démocrate d’Allemagne-CDU, tente depuis d’assurer une place aux refugiés qui se trouvent déjà sur son territoire. De plus, des mesures d’allègement sont mises sur pied pour accueillir de nouveaux venus. En 2015, les chiffres de Frontex, indiquent que l’Allemagne accueille plus de 1 millions et demi d’immigrants venus des pays arabes (Soudan, Erythrée et du Subsaharien) et des Arabes venus de Syrie dont 18,5% fuient les exactions commises par Daesh et le régime de Bachar el-Assad.

Combattre le mal à la source

La politique allemande pour combattre l’immigration clandestine, consiste à assurer le minimum aux populations des pays pauvres afin de les persuader à ne plus s’en aller. Pour y faire, l’Allemagne a entrepris l’aide des pays africains où plus de 3 692 personnes ont péri dans la Méditerranée, pointage d’octobre 2016 de Frontex: développement économique, renforcement de l’entreprenariat des jeunes, soutien des Etats dans la formation professionnelle des jeunes, encourager les pays à investir dans les secteurs pourvoyeurs d’emplois pour ce capital humain.

En voyage en octobre dernier au Niger, la chancelière a promis une aide de 27 millions d’euros pour l’aider  sur le plan militaire et civile.

Concernant, le volet aide civile, Mme Merkel, a parlé de la nécessité de le faire au plus vite « Il faut créer des emplois dans ces pays pauvres pour que ceux qui y vivent de la fraude puissent avoir du travail » avait-elle insisté. Une politique non suivie par les autres pays européens qui attendent l’invasion avant de tenter des mesures d’endiguement éprouvette.

Avec la dernière attaque, les pays européens touchés par le phénomène, haussent leurs services d’alerte, mais pour quel résultat à court, moyen et à long terme ?

© CAMERPOST par Augustin TACHAM

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz