Afrique subsaharienne : Perspectives économiques encourageantes selon le FMI – 10/11/2014

Cérémonie d’ouverture de la Conférence « Afrique Rising. » au Mozambique Jeudi 29 mai 2014. Maputo. La Directrice générale du Fonds monétaire international, Christine Lagarde a présidé la cérémonie d’ouverture de la Conférence Africa Rising organisée au Centre de Conférence Chissano au Mozambique. Photo © aCotonou.com par Atapointe
La Directrice générale du Fonds monétaire international, Christine Lagarde. Photo © aCotonou.com par Atapointe

Les perspectives économiques sont encourageantes pour l’Afrique subsaharienne selon le Fonds monétaire international (FMI) qui appelle à « maintenir le cap » pour les prochains mois afin de consolider les atouts de développement.

Une analyse de la situation économique révèle que « la croissance économique de l’Afrique subsaharienne devrait rester vigoureuse et s’établir à environ 5 pour cent en 2014, puis 5,4 en 2015 ».

Malgré le retard qu’accuse le continent africain en terme de développement, surtout dans cette région subsaharienne où plus de 600 millions de personnes vivent encore avec moins d’un dollar par jour, le rythme de croissance y est plus soutenu, par rapport aux pays occidentaux où la croissance tourne autour de 2 pour cent, où à certains grands pays émergents où le taux de croissance est en moyenne de 3 pour cent.

Toutefois, la situation économique est loin d’être homogène à tous les pays subsahariens, le FMI ayant notamment relevés « de bonnes perspectives à court terme, mais aussi des aléas négatifs » qui pourraient impacter sur le développement de certains Etats.

D’où des appels à la diversification économique, le renforcement de la gouvernance, l’amélioration du climat des affaires afin de doper la croissance économique.

Par ailleurs, des experts du FMI ont répertoriés des
« Etats fragiles », qui font face à la fois à une gouvernance déficiente et des difficultés à poursuivre le développement. L’institution financière internationale
ajoute à ce propos que l’on s’achemine « vers une plus grande résilience en Afrique subsaharienne », c’est-à-dire des pays qui regroupent des conditions nécessaires leur permettant de progresser sur le chemin du développement.

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz