Afrique du Sud : La polémique sur maison de Jacob Zuma continue de s’amplifier – 01/06/2015

La polémique en Afrique du Sud sur maison de Jacob Zuma continue de s'amplifier | Archives/DR
La polémique en Afrique du Sud sur maison de Jacob Zuma continue de s’amplifier | Archives/DR

Le responsable de ‘Corruption Watch’, la principale ONG de lutte contre la corruption a durement critiqué le rapport du ministre de la police d’Afrique du sud, Nathi Nhleko, dispensant le président Jacob Zuma de tout remboursement pour la modernisation de sa maison à KwaZulu, dans la province du Natal.

Lewis a déclaré dimanche : “Nous sommes consternés mais pas surpris par le rapport et ses conclusions. Le rapport a été commandité par le président, celui-là même qui est impliqué dans le scandale, à quelqu’un qui lui doit sa position. Le rapport n’a aucune crédibilité et n’apportera pas de solution à ce sordide épisode”.

Nhleko avait expliqué jeudi au Parlement que les travaux de modernisation de la maison privée de Jacob Zuma dans son village natal de Nkandla et qui ont coûté plusieurs millions de dollars, avec notamment l’aménagement d’une piscine (appelé piscine de feu par le rapport), un poulailler, du bétail kraal et un amphithéâtre étaient tous des ‘aspects sécuritaires vitaux’ que le gouvernement doit payer et non le président, comme l’avait recommandé un rapport officiel après des investigations.

Selon l’activiste Lewis, le rapport de Nhlek “ne peut pas tenir la comparaison face à celui dressé par le Bureau du protecteur du citoyen, qui est un organe reconnu par la constitution et dirigé par une personne indépendante et d’une intégrité irréprochable”.

Il a ajouté : “Nous avons le spectre d’un autre puissant ministre qui a le souci de protéger son président en faisant de lui la risée de tout le monde en attachant son nom et sa haute fonction à des conclusions manifestement ridicules”.

“Nous sommes en face d’une véritable tentative visant à discréditer le Bureau du protecteur public. Et il ne fait aucun doute que nous allons bientôt assister à un autre spectacle humiliant lorsque ce rapport falsifié sera présenté à la Commission parlementaire”, a indiqué Lewis.

Dans un communiqué, Corruption Watch a indiqué que le rapport de Nhleko mettait l’accent sur la tendance actuelle qui permet, voire encourage nos dirigeants à agir en toute impunité.

En outre, Corruption Watch a montré l’incapacité persistante d’obliger nos dirigeants à rendre des comptes, malgré les recommandations faites par les institutions mises en place pour sauvegarder les droits-mêmes et les intérêts du grand public”.

© CamerPost avec © APA