Prix Orange de l’entrepreneur social : Les lauréats 2015 dévoilés

Les lauréats de prix Orange de l'entrepreneur social en Afrique 2015. | © Orange
Les lauréats de prix Orange de l’entrepreneur social en Afrique 2015. | © Orange

Le premier prix a été attribué à Bassita, une start-up égyptienne de financement collaboratif. Une entreprise énergétique camerounaise et une plateforme agricole malienne ont été également récompensées.

Pour son édition 2015, le Prix Orange de l’entrepreneur social en Afrique, qui récompense « les initiatives entrepreneuriales qui placent les technologies au service des populations africaines », a récolté plus de 600 candidatures, dans des domaines aussi variés que la santé, l’agriculture, l’éducation ou encore l’énergie. Des onze initiatives présélectionnées, trois ont été récompensées le 18 novembre lors de la cérémonie des AfricaCom Awards au Cap, en Afrique du Sud. Ces projets ont reçu des bourses de 25 000, 15 000 et 10 000 euros et six mois d’accompagnement par des experts.

Internautes

Le premier prix, doté d’une récompense de 25 000 euros, est allé à Bassita (« simple » en arabe). Cette start-up égyptienne a été lancée début 2014 par l’Égyptien Salem Messalah et le Français Alban de Ménonville. Elle a investi le champ du « click-founding ». Proche du crowd-funding, qui consiste à mobiliser des fonds directement auprès une communauté d’internautes, l’initiative de Bassita vise plutôt à soumettre des projets sponsorisés de nature sociale, culturelle ou écologiques aux internautes.

Ces projets, qui gagnent en visibilité auprès du grand public, bénéficient également d’un don du sponsor associé si un nombre de clics ou de votes est atteint. Bassita revendique avoir aidé près de 1 000 artisans et jeunes étudiants en Égypte. L’entreprise égyptienne va bénéficier, en vertu du prix reçu hier au Cap, du financement par Orange du dépôt d’un brevet.

Zones rurales

La deuxième prix est allée à l’entreprise upOwa. Basée à Bafoussam au Cameroun, cette start-up co-fondée par deux ingénieurs français, Kilien de Renty et Caroline Frontigny, propose des solutions solaires aux populations située en zones rurales, sans accès aux réseaux électriques nationaux.

Ce projet, qui compte parmi ses partenaires l’Institut international d’ingénierie de l’eau et de l’environnement (2iE) de Ouagadougou et l’Ecole d’ingénieurs en énergie eau et environnement de Grenoble, a reçu une enveloppe de 15 000 euros.

Solutions de paiement

Le troisième prix, doté d’une enveloppe de 10 000 euros, est revenu à la plateforme agricole MyAgro, fondée par Anushka Ratnayake, diplômée de l’université de Californie à Santa Cruz et ancienne membre de l’ONG Kiva, spécialisée dans la micro-finance. Basée à Bamako, la plateforme myAgro offre des solutions de paiement aux agriculteurs pour l’achat de semences et d’engrais ainsi que des formations agricoles. Elle revendique un réseau de 200 boutiques partenaires au Mali et au Sénégal.

Source : © Jeune Afrique

Par Paul Mesnager