Nigeria : Muhammadu Buhari condamne les détournements au sein de l’armée

Le président nigérian Muhammadu Buhari, à Abuja le 29 mai | © Sunday Alamba/AP/SIPA
Le président nigérian Muhammadu Buhari, à Abuja le 29 mai | © Sunday Alamba/AP/SIPA

Le président Muhammadu Buhari a critiqué la hiérarchie militaire nigériane pour sa tolérance, voire son indifférence à l’égard de la fraude massive sur les acquisitions d’armes et autres engins de combat destinés à la lutte contre Boko Haram.

Selon un rapport dont les détails ont été divulgués à la presse mercredi, les contrats pour l’acquisition des armes d’une valeur de trois milliards de dollars se sont évaporés, vraisemblablement détournés par de hauts responsables de l’armée nigériane réputée avoir l’un des plus gros budgets militaires en Afrique.

S’exprimant à Abuja mardi soir, peu après avoir remis le rapport que son gouvernement avait ordonné à un comité de 13 membres chargé d’enquêter sur la corruption dans l’armée au cours des dernières années, M. Buhari a déclaré que les troupes nigérianes se sont présentées démunies contre Boko Haram.

Il a affirmé que de nombreux soldats nigérians au front, morts en combattant les insurgés, pouvaient être en vie, si on ne leur avait pas refusé les armes nécessaires pour lutter contre Boko Haram.

La faute est due selon lui, à un réseau de corruption dans l’armée qui se sert de la fraude liée à l’acquisition d’armes impliquant le détournement de 53 contrats. Au total, 513 contrats ont été arrêtés pour l’acquisition de quatre jets Alpha, 12 hélicoptères, des bombes, des munitions et autres matériels.

‘’C’est décevant de constater que les personnes chargées de la sécurité de cette grande nation étaient occupées à utiliser des procurations pour détourner la trésorerie nationale, alors que des vies innocentes étaient exposées chaque jour”, a déploré M. Buhari.

Selon ce dernier, un ancien chef militaire, les conclusions de ce rapport sont extrêmement préoccupantes.

Les détournements ont eu lieu à une période où les troupes gouvernementales, sans équipements et sans munitions, combattaient Boko Haram dans les trois parties du nord du pays (États de Borno, Yobe et d’Adamaoua).

Le rapport fait suite au licenciement du conseiller à la sécurité nationale de Buhari, Sambo Dasuki. Il est accusé d’avoir instruit la banque centrale de transférer 132 millions de dollars et une autre somme de 10 millions à certains comptes bancaires spécifiques se trouvant en Afrique de l’Ouest, en Grande-Bretagne et aux États-Unis, sans attestations ou explications contractuelles.

Selon le rapport dont les détails ont été divulgués à la presse, les raisons fournies par Dasuki n’étaient pas convaincantes, car sans preuve des transactions bancaires.

Dasuki qui est en procès pour fraude multiple, accusation qu’il avait nié, a été blanchi par la justice pour lui permettre d’aller suivre un traitement médical à l’étranger. Cependant, il a été interdit de quitter le Nigeria sur les instructions de Buhari.

Agé de 72-ans, Buhari qui est arrivé au pouvoir sur une série de promesses électorales, dont deux relatives à la lutte contre la corruption endémique et à l’insurrection qui a duré six ans, a promis d’être sans pitié contre les militaires épinglés par le rapport.

© CAMERPOST avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz