15 morts sur l’axe Douala – Buea

L’accident s’est produit ce 4 septembre 2013 non loin du pont sur le Moungo, à l’entrée de la ville de Douala. Plusieurs familles sont dans la détresse.

accident_douala_bua

Le sang a encore coulé sur nos routes. C’est l’axe Douala – Buea qui est cette fois-ci, le théâtre de ce triste événement douloureux. L’accident s’est produit entre un camion en provenance de Douala et un minibus ayant 19 passagers à son bord (des commerçants pour la plupart) en provenance de Buea. C’était aux environs de 7 heures ce 4 septembre 2013 au lieu-dit point kilométrique 10, à quelques mètres du pont sur le Moungo. « Le car était entrain de doubler l’autre petite voiture là. C’est alors qu’il s’est retrouvé en face du camion vide qui venait de l’autre côté. En voulant éviter le camion et rabattre sur son côté, il se faisait trop tard. Il y a eu collision et l’autre voiture n’a pas été épargnée », raconte Dibanda Ndoumbè, un témoin de cette macabre rencontre. Le minibus a été transformé en un tas de ferrailles. Bilan de l’incident : quinze morts. « Il n’y avait pas une bonne visibilité et vous allez constater avec moi que l’axe est vraiment rectiligne sur près de deux kilomètres. Nous pouvons relever qu’il y a eu une négligence de la part des conducteurs et qu’il y a eu excès de vitesses », explique Robert Pilo, commandant de la 2e région de gendarmerie du Littoral.

« Ce matin, nous avons reçu 13 corps et par la suite, trois femmes et deux hommes qui étaient victimes d’un accident de la circulation sur l’axe lourd Buea – Douala, où toute sorte de traumatismes physiques, d’excès de fracture crânienne des membres supérieurs et inférieurs… ont été décelés. A la première observation, je peux vous dire que toutes ces personnes sont mortes sur place (avant leur arrivée à l’hôpial). Nous avons pu identifier six corps et avec l’aide de la population, nous avons pu identifier trois autres. Et on va continuer », souligne Dr Georges Enow, directeur de l’Hôpital régional de Buea. Les premiers noms obtenus sont : Mah Angnia Rachel, Nyougoumou Moukakè, Sarana Moifeuzeu Frédérique, Emmanuel Nyamchang, Foumi Edouard et Nka Daniel, le chauffeur du minibus. Les dépouilles ont été admises à la morgue dudit hôpital. Quant aux blessés graves, cinq au total, ils ont été internés dans les formations sanitaires de la ville de Douala. Le chauffeur du camion a pris la poudre d’escampette, abandonnant son engin sur place. Une enquête a été ouverte par la gendarmerie pour définir les causes exactes de ce drame mortel.

Frank William BATCHOU